Choisir de dupliquer les contenus par instance

Bonjour à tout le monde !
Je réfléchis au fait que lorsqu’une instance “tombe”, les vidéos qu’elle diffusait dans le réseau ne sont plus lisibles à partir des instances qui la relayaient. Je sais qu’il est possible de télécharger une vidéo puis de la téléverser ensuite sur sa propre instance mais cela aurait pour effet de créer une nouvelle vidéo, et non de dupliquer une existante (avec sa date de publication, son auteur, sa description, son compteur de vues, de likes et ses commentaires).
Il me semble que ce sujet a déjà été évoqué sur un forum ou un autre mais je n’ai pas trouvé d’infos fraîches pour savoir si l’idée avait fait son chemin et si une telle implémentation technique était prévue ou non par l’équipe de développement.
Merci d’avance à celles ou ceux qui auraient des nouvelles !
Et bravo pour tout le travail déjà accompli !

Léo

1 Like

Hello,

Ce n’est pas encore prévu mais tout à fait possible via le système de redondance existant.

Peut-être en 2020 :slight_smile:

1 Like

C’est une très bonne nouvelle. Je pense que ça améliorerait nettement l’aspect décentralisateur de Peertube et j’invite d’ailleurs celles et ceux que cette amélioration intéresserait à s’exprimer par un message ou un “J’aime”, ça donnerait une première idée du plébiscite d’une telle fonctionnalité.

Évidemment, il y a des éléments à prendre en compte :

  • celui qui publie la vidéo souhaite-t-il qu’elle puisse être dupliquée ?
  • celui qui gère l’instance souhaite-t-il que l’on puisse en dupliquer le contenu ?
  • la duplication automatique d’une instance ou d’une catégorie d’une instance ou d’une chaîne particulière d’une instance pose la question de la mémoire disponible et de la bande passante ;
  • la première duplication automatique et la duplication manuelle par vidéo ou par chaîne ou par instance posent la question de la disponibilité de l’instance le temps de la mise à jour des données ;
  • l’activation d’une duplication automatique pourra-t-elle avoir comme option de ne couvrir que ce qui sera publié à l’avenir ou bien de synchroniser tout le contenu à dupliquer ?
  • le fait de synchroniser les informations propres à la vidéo pour qu’elles soient à jour, quelle que soit l’instance par laquelle on la visionne sera-t-il possible dans des intervalles de temps très courts (quelques secondes) ?
  • comment gérer la duplication si la vidéo originale est dépubliée en pleine synchronisation ?
  • sans doute plein d’autres questions qui se poseront au fur et à mesure.

Bon courage aux développeurs !

1 Like

Petit ajout : l’idée pourrait être reprise pour décentraliser au passage les chaînes et profils enregistrés sur une instance : si cette instance ne répond plus, un contributeur peut toujours retrouver son compte et poster ses vidéos sur l’une des instances qui aura accepté de redonder son compte.

Ce système mériterait sans doute une notification sur l’espace membre en question pour que l’intéressé.e soit au courant de cette redondance sinon ça revient à essayer de se connecter au petit bonheur.

Aussi, je ne suis pas plus familier d’ActivityPub que ça mais peut-être qu’une solution similaire qui pourrait être adaptée existe déjà dans le Fediverse.

ActivityPub ressemble beaucoup au fonctionnement du mail. Il n’est donc pas prévu pour un tel fonctionnement. Si un site peertube tombe, il suffit d’attendre qu’il soit remonté, non ? En terme de consommation d’énergie c’est un peu énorme, on peut toujours aller plus loin : Que se passe-t-il si la 2ème instance tombe ? et la troisième ? etc… :o)

Dans un pays d’expression libre à un instant t, cela reste d’un intérêt mineur mais le principe de décentralisation et de redondance peut garantir dans une certaine mesure que l’expression demeure, y compris dans des contextes de police de la pensée.

Si un site peertube tombe, ça ne veut pas dire qu’il pourra être remonté car les raisons de sa non-réponse peuvent être bien plus funestes qu’une simple surcharge du serveur.

Bien sûr, il se peut que toutes les instances ayant relayé les vidéos chutent, mais si on prend pour base de réflexion les scénarii extrêmes, on ne fait plus rien. C’est comme les technologies de chiffrage : on sait qu’elles ne sont pas parfaites, que des failles existent et existeront mais on les développe et les utilise quand même, parce que c’est ce qu’on a de mieux pour le moment.

Je suis d’accord avec toi, personnellement je pense que sis pb d’expression libre il y a le mieux est d’utiliser un serveur hors pays. Voire ne pas utiliser un peertube, mais un truc plus textuel (rapide, léger, facile à dupliquer).

Oui c’est effectivement une autre solution. J’avais simplement espéré que le format vidéo puisse un jour profiter d’une technologie décentralisée et redondante, à l’instar de ce qui a pu se produire avec le Bitcoin bien que nous ne soyons pas sur les mêmes briques logicielles : une diffusion décentralisée de l’information (vidéo en l’occurrence) qui ne pourrait être stoppée sur simple injonction étatique : un outil réel de libre expression par la vidéo.

à ce rythme, j’ai peur qu’on ait tué la planète vu l’espace de stockage requis :confused:

Ce serait l’objet d’un tout autre débat mais c’est effectivement à prendre en compte, sachant que les variables à considérer pour se forger une opinion sur le sujet sont très nombreuses.

Personnellement je prône une frugalité qui va à l’essentiel et j’inclus dans cet essentiel la liberté d’expression et d’information pour un maximum de personnes : j’estime donc le support audio/vidéo comme particulièrement propice à cela, car il permet également de toucher des personnes illettrées ou aveugles par exemple et offre une autre manière de communiquer en général.

La bonne nouvelle derrière cette posture est que cette liberté d’expression et d’information contient en elle-même d’innombrables connaissances susceptibles de transformer radicalement notre manière de consommer et de produire. Alors certes, il y a une part d’inconnu mais je pense que ça vaut le coup d’essayer.

Du reste, l’Histoire montre que l’humanité change d’habitudes quand elle n’a plus le choix. Il est à parier (et c’est un avis personnel) que nous allons abîmer notre environnement jusqu’à ce que nous nous abîmions suffisamment nous-mêmes pour que nous devenions moins destructeurs. Si dans ce sprint final dans le mur nous pouvons mettre sur pied les outils permettant de repartir sur des bases plus saines, nous aurons réalisé quelque chose de très important.