Comment s'y retrouver et contribuer chez framasoft?

Bonjour Framasoft,

Quand j’ai découvert framasoft, je me suis dit:
1- « waouh super ca va être génial de pouvoir contribuer et apporter ma pierre à l’édifice ».
2 - « waouh il y a plein de trucs framablog, framacolibri,… et ca a l’air bien structuré »

Et puis on commence à naviguer, à lire (beaucoup lire) et à se perdre (beaucoup se perdre).

Ouf, je trouve contributopia et je me redis « waouh, les gars ont pensé à faire une espèce de carte mentale bien servie graphiquement comme un MMORPG type DOFUS qui permet de découvrir tout l’archipel de leur projet en construction permanente »…

Et re-patatra, rien de cliquable, et je comprends que le projet a été abandonné…
Alors j’essaie de comprendre quelle orientation, quelle stratégie, quelle feuille de route mais bon vu de ma fenêtre c’est difficile de vous suivre et j’en arrive même à me dire que peut-être vous ne savez pas où vous allez ou a minima vous ne savez pas l’expliquer…

Alors ok je comprends bien les enjeux d’une équipe épuisée qui fait le choix de ne pas grossir et qui ne peut plus assumer la masse des projets et qui se rend compte qu’elle doit « déframasoftiser » son approche et qu’elle doit archipéliser,
Toujours ok quand je vois qu’il existe les CHATONS
mais honnêtement c’est deux salles deux ambiances…

Et au final, toujours ce même problème récurrent:

  • pas vraiment d’interactions humaines
  • pas vraiment d’espaces pour contribuer
  • pas vraiment de chemins à suivre avec d’autres

Alors j’ai bien lu que c’était une faiblesse connue de framasoft « nous ne savons pas accueillir la contribution » donc j’essaie de me débrouiller et je vais sur contribulle et là 3 salles 3 ambiances…

Donc ma question est finalement assez simple :

comment on fait pour vraiment vous aider sans être découragé avant de commencer ?

Et de manière plus systémique (je rappelle je suis architecte système):

  • quel modèle de contribution mettez-vous en place pour soutenir votre modèle d’archipélisation
  • quels protocoles définissez-vous pour créer des iles (nouveaux projets) ?
  • quelle urbanisation définissez-vous pour organiser les iles entre elles ?
  • quelles interfaces définissez-vous pour créer des ponts entres ces îles ?
  • quelles modélisations pour représenter votre écosystème au sens large ?
  • quel accompagnement pour un contributeur qui souhaite incorporer cet écosystème ?

J’ai bien pris note du changement d’objet social de framasoft et du coup toutes ces questions sont d’autant plus importantes avec votre nouvel objet social.

Personnellement, je trouve que l’idée de contributopia est juste énorme et que modéliser votre écosystème comme une carte mentale interactive navigable serait d’une grande aide.

Pour les navigateurs que nous sommes, qui utilisent la boussole de l’éthique et le compas de nos effets, sans carte on va pas allez loin et surtout on risque de tourner en rond-rond chez les chatons…

Je termine en vous disant que si je prends la peine d’écrire cela c’est pour aider et contribuer et non pour critiquer et décourager car je le répète ce que vous faites est énorme et j’y crois.

Au plaisir d’échanger sereinement sur ce sujet de fond
Rémi

PS : j’anticipe une remarque sur le fait que répondre à mes questions conduirait à définir un système centralisé qui est contraire à la vision de framasoft. La systémique est justement là pour permettre l’émergence de système décentralisé et auto-organisé et miser sur le chaos pour qu’un tel système émerge est selon moi un contre-sens magistral.

1 Like

Rémi, tu as formulé ce que je ressentais. Je vois que Framasoft a le même problème que Synodalsoft (dont je suis le moteur) : petite équipe motivée qui fait du travail super mais n’arrive pas à l’expliquer aux autres. Si rien ne change, Synodalsoft va terminer son activité dans 10 à 20 ans quand je prendrai ma retraite. Est-ce que Synodalsoft devrait rejoindre Framasoft?

1 Like

C’est un problème systémique. Et nous avons tous ce problème.
Faire du contributif est incroyablement difficile.
Cela étant dit il y a des fondamentaux qu’il faut respecter en particulier sur l"OnBoarding" des nouveaux membres et là je ne sais pas comment ca s’est passé pour toi mais pour moi c’est très compliqué…
Après c’est peut-être ma faute car je ne suis pas « habitué » à ces logiques…

Le plus gros problème c’est que cela ne m’invite ni à contribuer par mon temps ni par mon argent.

Mis à part ça, je suis preneur de découvrir ce que vous avez mis en place chez Synodalsoft pour traiter ce sujet.

Merci à tous les deux de vos retours.

Je parle ici en mon nom propre, mais j’étais quand même « au cœur de la machine » donc je ne suis pas la personne la plus mal placée pour en parler.

comment on fait pour vraiment vous aider sans être découragé avant de commencer ?

Alors la réponse courte est : la meilleure façon de nous soutenir, c’est de nous aider financièrement. Et, pour les personnes qui n’en ont pas les moyens, de relayer nos communications.

Mais je comprend que ça soit insatisfaisant, comme réponse, donc je vais essayer une réponse plus longue.

Personnellement (et professionnellement), j’ai (co)créé ou (co)animé un paquet de communautés. Que ça soit sous forme associative (Framasoft, EnVenteLibre, LocauxMotiv, etc) ou sous forme de communautés logicielles (Framalibre(v1), Framakey, Framaforms, FramaDVD, ou aujourd’hui Framaspace). Et j’ai été ou je suis toujours activement impliqué dans des projets transversaux (qui vont des Communs Numériques, à Bénévalibre, en passant par L.A.Coalition). Ah, et j’ai été à l’impulsion (en 2015) puis à la coordination (2015 à 2019) de CHATONS.
Bref, j’ai une certaine expérience dans le domaine, et mon principal enseignement est le suivant : pour avoir une communauté accueillante et « qui tourne », il faut être en capacité d’y consacrer plusieurs heures par semaine.

Or Framasoft a fait un choix : celui de multiplier les projets pour avoir une surface aussi grande que possible (je pense qu’en 2018, on approchait les 80 projets (logiciels et non logiciels) en parallèle).

On est évidemment revenu dessus avec une phase de « déframasoftisation ». Mais même en 2024, on doit toujours être à plus de 40/50 projets, dont la quinzaine de services https://degooglisons-internet.org

Donc, avoir une contribution « efficace » sur, allez, disons la moitié de ces projets réclamerait, là encore à la grosse louche 20*2h hebdo, soit minimum un équivalent temps plein.

Ca pourrait être un choix intéressant, hein. Et au bout de quelques mois/années, une fois ces communautés impulsées, on pourrait s’en retirer « doucement ». C’est ce qu’on a fait par exemple avec CHATONS (qui est aujourd’hui autogéré), et Mobilizon (transmis à une autre asso). Mais même ces transmissions ont été longues et chronophages. Donc, l’étendre à chaque projet est juste humainement non possible actuellement.
C’est un peu le contexte qu’on donnait dans l’article que tu cite.

On est donc en partie revenu à ce qu’on sait faire : proposer et gérer du service en ligne. En mode plus « fast and furious » que « peace and furries ». (alors qu’a l’intérieur, on est plus furries que furious)

« Oui, mais moi je ne sais pas par où commencer »
C’est parfaitement normal, et ce n’est pas de ta faute.

Pour l’adminsys : c’est assez simple : on ne recherche pas d’aide bénévole, car on gère un nombre de données conséquentes, et que les risque d’entrisme sont élevés et pourraient mettre en danger la sécurité de ces données. En plus on a un excellent adminsys qui fait le job, et qui n’est même pas débordé par la gestion de nos 60 serveurs.

Pour le dev : c’est relativement simple : ça peut être d’utiliser nos logiciels, et de remonter et - soyons fous ! - patcher les logiciels qu’on propose. « Et on trouve ça où ? » Essentiellement sur Framasoft · GitLab

Exemple : Mypads, utilisé par plusieurs dizaines de milliers de personnes chaque mois : Issues · Framasoft / Etherpad / ep_mypads · GitLab : il y a plusieurs dizaines d’issues ouvertes. Le code est TRES vieux (c’est basé sur du vieux https://mithril.js.org/ d’il y a +10 ans). Et clairement, on appréciera toujours les patches/fixes.
Mais c’est un bon exemple de pourquoi c’est difficile de contribuer à Framasoft : on voit bien que la première marche, même pour un dev expérimenté, est assez haute.

C’est pour cela qu’on est justement revenu au fait que, techniquement, il y a assez peu de façons de nous aider sur du dev ou de l’adminsys.
Mais que par contre, si vous appréciez Framasoft, nous faire un don pour nous permettre de maintenir les services actuels et d’en proposer de nouveaux, est probablement la meilleure action possible.

Et pour les profils « aidants », ma réponse est souvent la même : plutôt que la formule classique où c’est la structure qui va dire « On a besoin d’aide sur le poste X, donc si vous avez les compétences et l’appétence, voilà la procédure Y », j’ai tendance à retourner le truc, en mode : « OK, tu veux aider Frama (merci !), mais plutôt que nous aider, qu’est-ce qui te ferait plaisir, à toi ? Créer un logiciel qui réponde à tel besoin ? Faire de la doc ? Ecrire un bouquin ? Lutter contre le capitalisme et le patriarcat ? Inventer un distributeur de croquettes pour chats connectés ? etc. » et c’est plutôt en fonction de ta réponse qu’on t’orientera (enfin, peut être pas pour le distributeur de croquettes). Peut être que ça se fera au sein de Framasoft, peut être pas. Mais même dans ce dernier cas, c’est bien moins important que de « faire » :slight_smile:

++

1 Like

Merci @pyg pour cette réponse étoffée.

C’est jamais aisé de « débattre » sur un « forum » sans créer une certaine tension mais permet moi de rebondir sur quelques éléments et d’ouvrir la discussion pour bien évaluer si je continue à m’investir dans framasoft.

Dans mon cas, je n’utilise pas encore les produits framasoft (sauf Kdiff3 car je viens de percuter que c’était framakey, donc vous :man_facepalming:) donc je ne suis pas encore dans la logique de contribuer en tant qu’usager.
ndlr : vous avez validé mon framaspace donc je vais tester et si ca fait le job je contribue c’est sûr.

Je suis totalement prêt à soutenir financièrement sans utiliser mais à ce moment je dois adhérer à la vision et la manière dont vous mener la feuille de route et là on est justement dans mon questionnement.

En attendant, je communique sur vous et réagis à vos communications sur linkedin donc je fais ce qui est accessible à ce stade.

Vous êtes bien entendu totalement souverains dans ce choix et je ne suis pas là pour faire le ouin-ouin et vous dire que vous auriez dû faire autrement, d’autant que je n’ai pas ton expérience sur les projets « associatifs »
(au passage ton début de réponse frôle l’argument d’autorité et ca tue un peu le game pour oser te répondre… un gars comme toi qui est sensibilisé aux dynamiques de groupe doit le savoir :wink: )

Mais il me semble que ce choix a justement été la cause racine de cette situation, donc de mon point de vue, si la situation actuelle n’est pas satisfaisante pour vous, il serait surement pertinent de remettre en cause ce choix.
Après tout, il n’y a que les … qui ne changent pas d’avis. Mais vous connaissant (un peu), vous avez dû le confirmer après la « déframasoftisation ».
Donc je n’insiste pas…

… mais j’insiste un peu quand même :wink:
Je pense que la politique d’essaimage est FONDAMENTALE d’un point de vue systémique et que le « coût associé » ne peut en aucun cas être considéré comme une option mais une nécessité du modèle contributif.

En effet, tout système « vivant » fait de la réplication de son être une nécessité vitale.

En systémique, ce principe est acquis avec ce qu’on appelle l’autosimilarité (et oui je fais aussi un peu usage de la rhétorique d’autorité, ca fait toujours son effet).

Tout ca pour dire que vous pouvez conjuguer harmonieusement et sans contradiction le fait de rester « petit » (10 personnes) tout en permettant d’être « grand » à travers un écosystème correctement organisé.
Mais c’est vrai que cela n’est pas évident à mettre en place et que cela demande une VRAIE réflexion systémique et architecturale.

Et voilà donc ma conclusion sous forme d’alternative (et promis après j’arrête de vous embêter):

if ( volonté de résoudre le problème systémique ) {
   Architect architect;
   if ( pas les compétences en interne en architecture des systèmes complexes) {
     architect = GetArchitect("FougèreLégère");
   }
   else 
     architect = GetArchitect("Framasoft");
   }
  architect.SetArchitecture();
}
else {
  Console.Log("On préfère que tu finances le salaire de mes 10 potes sans poser de questions");
  throw new BoringMemberException();
}

Personnellement, je ne pense pas qu’il existe une fatalité qui met les organisations contributives dans un tel « corner » et je suis prêt à vous aider sur ce point.
A vous de voir.
Rémi

Ah personnellement je ne suis pas tendu. Si ma réponse t’as tendue, ce n’était évidemment pas mon intention.

Alors, je pense qu’il y a confusion ou ambiguité : nous avons développé la Framakey (le développement est arrêté depuis plusieurs années), mais pas les logiciels qu’elle contient. Typiquement Kdiff3 est développé par Joachim Eibl (cf page officielle du projet https://kdiff3.sourceforge.net/ )

Et c’est déjà super, donc : merci ! :slight_smile:

Pas de souci, moi j’appelle ça « situer son point de vue » dans le contexte de l’entraînement mental.

J’ai lu ta bio, je ne suis pas surpris :wink: (par contre, je précise d’ores et déjà que mon temps, comme le tien, est limité (= je pars en WE dans… à ben maintenant :wink: )

Alors, du coup, je pense qu’on a plutôt bien répondu à cette problématique en impulsant CHATONS, puis en coordonnant ce collectif pendant 8 ans, puis en lui redonnant les clés de son avenir et de son autogestion, non ?
Bien entendu, plusieurs, parmi la centaine de CHATONS existants, préexistaient au collectif. Mais certains (plusieurs dizaines) se sont créés « sur le modèle » de Framasoft, et plusieurs m’ont confirmé avoir été fortement inspiré par notre modèle ( ping @neil par exemple)

Ah tiens, ça, ça me tend :-/

Mes « 10 potes » en question, ce sont mes collègues (je suis salarié de l’asso aussi), et ta formulation sous-entend qu’on prendrait le pognon pour se la couler douce entre nous.
Ce n’est (évidemment) pas le cas.
Framasoft a fait le choix de ne pas avoir de clients, mais des bénéficiaires. De ne pas être une entreprise, une SCOP ou une SCIC, mais une association. De ne pas chercher le profit, mais l’intérêt général. etc
Toute personne qui finance Framasoft (ou souhaite la financer) peut poser des questions (la preuve). Mais c’est du don :

Le don est l’action de donner sans contrepartie, de manière désintéressée et intemporelle.

Donc, les personnes qui nous soutiennent ne sont pas des clients, des consommateur⋅ices (ça tombe bien, on a rien à vendre). Je l’ai dit (et je le répète) : on préfère un soutien financier ou communicationnel, mais si ça ne te convient pas, il n’y a aucun (j’insiste : aucun) problème : c’est qu’on n’est pas la « bonne » communauté pour toi (et c’est pas grave). Et au moins mon honnêteté « brute de décoffrage » t’évites de perdre du temps.

Alors clairement, je pense que c’est plutôt du côté de https://chatons.org que tu pourrais aider.
La politique d’essaimage, elle est aujourd’hui bien plus de leur côté que du notre.

Bonne utilisation de ton Framaspace, et excellent WE (pour celleux qui finissent la semaine le jeudi :slight_smile: )

OK @pyg, j’ai bien pris note de ta réponse.

Moi aussi je suis « brut de décoffrage » et comme tu l’as lu dans ma bio, je n’ai pas cherché à travestir le personnage.

Pour information, il y a une différence entre don et contribution.
Et je suis d’accord avec toi, je ne suis ni client, ni consommateur: je suis contributeur.

Désolé si dans les alternatives, tu as choisi celle qui te « tend ».
Si cette possibilité existe, cela ne veut pas dire que la condition est réalisée.

Je te souhaite donc un bon weekend et promis je vais aller ronronner ailleurs.
Désolé de vous avoir embêté.

Merci pour vos pensées! Je disais « Framasoft a le même problème que Synodalsoft », mais je dois ajouter que FS est plus loin que SS avec la résolution de ce problème. En fait il y a toujours des gens qui voudraient contribuer théoriquement, mais pour Dieu sait quelle raison le feu ne prend pas, et il ne faut pas s’en faire quand cela arrive.

Synodalsoft ressemble à Framasoft car nous avons des visions similaires. D’autre part nos activités sont différentes: SS développe un nouveau produit, FS héberge des produits existants. Une collaboration entre SS et FS n’aurait du sens que si FS a des idées de projets réalisables avec Lino pour lesquels FS offrirait l’hébergement. À suivre tranquillement.

si seulement @lucsaffre c’était juste cela…
mais on aura l’occasion d’en discuter de vive voix.
Toutes les personnes à qui j’ai parlé de framasoft m’ont juste mis en garde avec un petit sourire jaune…
Personnellement, je n’accorde de valeur qu’à ma propre évaluation des choses.
Après cet échange avec le fondateur, je sais ce qu’il en est et ce n’est plus du ouïdire.