Espace de délibération

Bonjour,
e m’intéresse à la délibération et mes recherches académiques m’ont montré que les webspectateurs considèrent l’espace de commentaire comme faisant partie intégrante de l’intérêt de YouTube. Même si seulement un quart en écrivent, ils les écrivent à l’intérieur d’une discussion existante pour discuter avec les autres. Et cela intéresse l’ensemble des webspectateurs car 75% lisent une partie des commentaires. J’ai aussi observé des proto-délibérations à l’intérieur des discussions. Il y a donc une réelle volonté d’avoir des discussions constructives. Or cet espace dédié sur YouTube est rudimentaire et pourrait être largement développé. Ce qui est possible sur PeerTube. Je vous propose donc d’y réfléchir ensemble afin de concevoir un espace de délibération le plus complet et utile possible qui donne un avantage réel à PeerTube.
Si nous voulons qu’un partage de vidéos alternatif se développe, il faut que celui-ci apporte des éléments concrets qui concurrencent YouTube. Pour cela, outre cet espace de délibération, basé sur une médiathèque partagée, il nous faut convaincre les producteurs institutionnels de vidéos d’enrichir l’offre de vidéos en plaçant leurs contenus aussi sur PeerTube. Il y a un gros travail, mais qu’il est possible de mener.

I am interested in deliberation and my academic research has shown me that webviewers consider the comment space to be an integral part of YouTube’s appeal. Even if only a quarter write them, they write them inside an existing discussion to discuss with others. And this interests all web viewers because 75% read some of the comments. I also observed proto-deliberations within the discussions. There is therefore a real desire to have constructive discussions. However, this dedicated space on YouTube is rudimentary and could be widely developed. What is possible on PeerTube. I therefore suggest that we think about it together in order to design the most complete and useful deliberation space possible which gives a real advantage to PeerTube.
If we want alternative video sharing to develop, it must provide concrete elements that compete with YouTube. To do this, in addition to this deliberation space, based on a shared media library, we must convince institutional video producers to enrich the video offering by also placing their content on PeerTube. There is a lot of work involved, but it is possible to do.

1 Like

Oui tu as un bon raisonnement, je sais pas si l’objectif est de concurrencer you tube tant le projet et les moyens relèvent d’une logique différente, mais il faut comprendre les fonctionnalités dont ont besoin les gens et l’espace de débat en est une. Quant aux contributeurs institutionnels ils sont un bon appui de proposition et d’expérimentation étant donné leur ouverture aux projets lbres. Le débat sur l’utilité des fonctionnalités main stream est efficace en tout cas, au moins pour rendre peer utilisable par plus de gens.

Dans cette optique, n’oubliez pas de prendre en compte la modération.

Je ne connais pas l’écosystème des instances Peertube; ni leur interdépendance. Ni même la gestion d’un chaîne Youtube.

Cependant, d’une part, les instances Peertube me semblent être un ensemble de « niches » et la modération se fait (ou pas) en interne et de manière individuelle. Les interactions sociales paraissent se limiter aux quelques « abonné.e.s ». D’où, une similitude de communautarisme avec leur conglomérat de règles tacites ou licites. Je ne trouve pas judicieux de tenter de comparer la charge de modération entre Youtube et des instances individuelles.

Car, d’un autre côté, si les instances Peertubes deviennent de plus en plus connues et consommées par le (l’ensemble du) grand public. Celles-ci devront faire face à une montée en charge de la modération - au moins pour celles qui auront un notoriété élevée. Et cette charge pourrait devenir une contrainte pour le « gérant » de l’instance.

Qu’en adviendra-t-il donc ? Un turn-over d’instances ? Une fédération de modération ?

Une fois encore, je dis ceci sans connaissance des moyens techniques, des contraintes administratives, légales et autres, du ou des modèles économiques sous-jacents. C’est juste un point que j’estime qu’il en faut pas négliger dans la réflexion. :wink:

c’est à prendre en compte tu as raison

PeerTube n’en est qu’au début. Il y a un gros travail pour que le système puisse progressivement prendre la place de YouTube. La monétisation est aussi un sujet compliqué dans la mesure où personne ne veut subir la publicité. Mais beaucoup de producteurs de vidéos sur YT se font rémunérer par leur public, gace à de petits abonnements. Cela leur donne une autonomie qui leur permet de se consacrer pleinement à la production de vidéos de grande qualité. Il faudrait en simplifier le fonctionnement.
Car pour qu’une plateforme puisse être vraiment intéressante, il faut parvenir à un nombre très important de vidéos pour que tous les sujets imaginables soient traités. Pour cela, il faut donner envie à ceux qui ont déjà produit beaucoup de bonnes vidéos de les mettre en ligne via PeerTube. Mais le fonctionnement est encore un peu compliqué. Il faut s’attaquer à le simplifier.

y a du vrai mais je crois aussi beaucoup de choses a discuter, je reviendrai une autre fois By LauChom

En fait ce que je voulais te dire c’est que à mes yeux, l’important n’est pas de remplacer mais de proposer une alternative fonctionnelle et efficace à You Tube, avec un état d’esprit radicalement opposé. Ce qui est un peu différent. Je vais volontairement laisser de côté la question de la faisabilité technique, qui pose d’immenses problèmes, pour me concentrer sur la philosophie de ta proposition. Il faut voir d’abord si ce que tu propose est souhaitable.

Peer Tube est conçu très différemment de You tube à ce que j’en vois et probablement la question de la rémunération si elle y était posée, le serait de manière différente. Par exemple avec une charte collective et de manière très individuelle, à l’initiative personnelle de ceux qui souhaiteraient mettre en place les outils (complexes) d’une rémunération publicitaire au sein de leur production.

Je suis d’accord avec toi ce serait intéressant que l’option publicité et rémunération soit possible car il est indéniable que la publicité est le financement principal des médias non institutionnel en ligne. Il y a aussi la levée de fond et le projet participatif c’est important de le garder en tête, il pourrait aussi exister des missions rémunérées sur des financement institutionnel proposés par notre communauté. Par exemple le Conseil General des Fins Fonds De Nulle Part, associé à la commune de Crénon De Rien qui confieraient à FramaBook la réalisation d’un ensemble de documentaires accessibles sur plateforme participative pour servir de support de cours aux écoles, dans le cadre d’un programme d’enseignement, débouchant sur un livre éditable à propos de ce soupçon de région du monde . C’est pas ce qu’il y a de plus sexy mais retiens le fond, pas la forme : peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse… Mais en tout cas l’argent généré par la publicité n’est pas forcement pourri, tu as raison. Sans publicité il n’y aurait jamais eu de journalisme indépendant de masse puisque c’est avec des publicité qu’on finançait les premiers journaux. Simplement il faut penser cette question sans altérer l’éthique libre, gratuite et alternative à laquelle je crois le projet Peer Tube est attaché.

A partir de l’idée de fonctionnalités et d’efficacité c’est possible. Un Peer Tube efficace à mon sens permet à tous ses participants de choisir un maximum d’options possibles, pour créer un maximum. Et éventuellement avec des modes des rémunération indépendants, et contrôlés par eux. Mais je pense donc plus à une option mise en place individuellement dans un encadrement strict prévu collectivement. exception faite des projet de mission dont je t’ai donné un exemple.

Le plus important c’est qu’il y a un deuxième point très lié à tout çà et tu sais déjà ou je veux en venir. La question des publicité c’est celle de l’audimat. Et La aussi l’attention pour l’audimat ne trahit pas un esprit pourri par essence. Or développer une stratégie d’audimat sur Peer Tube pose actuellement problème. Ca j’en parlerai plus tard. Bonne nuit .

Merci pour ton intérêt. PeerTube a un potentiel de développement mais manque de spécialistes codeurs et designer pour l’améliorer. Malheureusement, je ne suis ni l’un, ni l’autre. Mon travail de thèse m’a fait m’intéresser à PeerTube car je cherchais une alternative à YouTube qui était l’objet de mes recherches. J’y ai constaté une activité de délibération qui s’opérait malgré la médiocrité des outils de discussion. La force de YouTube est son immense catalogue. Certains producteurs trop peu nombreux téléversent leurs vidéos sur les deux plateformes, mais cela n’est pas du tout suffisant. Il faut donc développer des outils qui intéressent les producteurs vidéastes ET les les webspectateurs. Et l’espace des commentaires est un chantier qui peut faire la différence. Il nous faut maintenant trouver des codeurs qui s’y colle.