Financer framasoft a travers search.lilo.org

J’ai découvert le moteur de recherche, search.lilo.org, qui dit qu’il donne de l’argent publicitaire aux associations de solidarité. Tout le monde peut choisir qui donner sa part d’argent gagné avec sa recherche.
Peut etre interessant pour Framasoft?

Bonjour,

On nous le demande régulièrement mais nous ne sommes pas intéressés.

  1. parce ça complique notre gestion comptable (cf FAQ)
  2. parce que nous ne voulons pas encourager un modèle économique basé sur la pub.

Personnellement, je trouve assez absurde de vouloir compenser carbone des recherches en ajoutant de la pub qui inévitablement a un coup carbone dont on pourrait se passer. :upside_down:
Sans parler du fait que la publicité entretient un modèle capitaliste inégalitaire où ce sont ceux qui ont de l’argent qui peuvent avoir de la visibilité et qui, sur le long terme, dictent les règles du jeu.
Même si le modèle de Lilo est certainement plus vertueux que celui de Google Adsense, il n’en reste pas moins construit sur ce qu’il me semble être une mauvaise base.
En gros, ce n’est finalement qu’une manière de toucher une niche de marché.

1 Like

Merci beaucoup pour la réflexion, c’était très utile pour mieux comprendre le problème, et je suis d’accord de un point de vue éthique.
Je suis vraiment heureux que framasoft suive cette philosophie radicale.
Mais je suis aussi heureux que on développet une alternative moins vertueuse, qui attaquet aussi GAFAM avec d’autres armes.

Le problème des services internet est qu’ils ne sont pas financés avec des principes d’équité et de solidarité.

Framasoft est financé par des dons (c’est solidaire, mais c’est pas juste, pourqoi la contribution ce n’est pas proportionnelle et progressive); GAFAM fait des profits honteux sur nos données; Lilo essaie de détourner ces profits vers quelque chose de plus positif.
Des initiatives comme Lilo, si elles restent unes niches, comme vous le dites, risquent d’être juste un «blanchiment» pour un système totalement injuste. Mais il y a une possibilité qu’ils puissent produire un changement radical si ce modèle réussit à gagner la compétition avec GAFAM.

La solution pour moi est que ceux qui offrent des services publics à but non lucratif, tels que Framasoft, sont financés par des impôts généralistes, proportionnés et progressifs, de sorte qu’ils constituent une source de financement équitable et solidaire.

(perdonnez moi mon français)