La cryptomonnaie"le libra",de Marc Zuckerberg le patron de Facebook

Bonsoir
Mark Zuckerberg le patron de facebook souhaite appliquer une cryptomonnaie’le libra",en 2020
Elle serait indexée,sur toutes les autres monnaies du monde entier
Quelle est votre position
Merci

Bonjour,

On connaît les inconvénients du bitcoin & cie : inégalité face à la création monétaire, forte consommation électrique… Quand on connaît la monnaie libre ou qu’on est libriste et qu’on aime la décentralisation, on se dit déjà que le bitcoin ça ne va pas du tout.

Mais alors le Libra, c’est encore pire que le bitcoin. C’est centralisé et contrôlé par Facebook et ses partenaires (du coup on se demande à quoi leur sert la blockchain). Ensuite, la création monétaire passe (si je ne me trompe pas) par Facebook : on achète des unités Libra contre d’autres unités (€, $, etc.). Autrement dit, c’est juste l’entretien des inégalités existantes.

Les experts aussi critiquent ce machin, les gouvernements en ont peur, et en effet ça fait peur, parce qu’ils ont déjà tous les moyens pour intégrer cette monnaie dans leurs applications, d’une manière tellement user-friendly que ça ne gênera pas du tout les utilisateurs lambda.

En plus, ils ont osé prendre ce nom complètement antithétique de leur philosophie.

Ma position en 3 mots : vade retro satana. (traduction pour ceux qui parlent plus GNU que latin : sudo rm -rf libra)

2 Likes

Salut,

J’adore et approuve totalement le titre (le contenu aussi, d’ailleurs !) de cet article : Cryptomonnaie : le Libra sera libre comme les démocraties populaires sont démocratiques et populaires…

À quand la campagne “Délibratisons Internet” ? :wink:

La Ḡ1 (Monnaie Libre) est bien plus stable et équitable que Libra.

Qui pour moi est un tour de force visant à la prise de contrôle de la création monétaire mondiale. Hydre tentaculaire créée par les acteurs de la Tunes et de la Tech!

Avec leurs milliards de “clients”, les seigneurs 2.0 vont construire leurs 100 châteaux de silicium au dessus des États et des peuples. Oligopole démocratique vendue par les barons du capital mondialisé. Le Moyen Age Numérique prendrait racine pour une durée indéterminée…

Mais les libristes 3.0 reviennent en force, construisant de concert un réseau souterrain en silicium récupéré des ruines naissantes du Capital. :european_castle:

Mais… les libristes monétaires envahissent Framasoft ! :slight_smile:

Je viens de découvrir la nouvelle. Bon, rien de nouveau sous les olivier si j’en juge par cet article : http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/libra-la-nouvelle-monnaie-de-facebook-qui-veut-revolutionner-le-paiement-20190618. C’est une initiative lancé par l’association de facebook avec quelques banques. Les “mineurs” sont choisis par l’association. Ce qui signifie qu’elle détient 100% de la puissance de calcul et que le conseil d’administration décide donc de la politique monétaire avec un consensus systématique. Dit autrement elle peux créer autant de monnaie qu’elle veux, et valider les transaction qu’elle veux. Contrairement au système actuelle de création monétaire, ce n’est pas de la monnaie-dette. En Europe les banques n’ont pas le droit de créer plus d’un certain % de leur capital en monnaie-dette. J’imagine que cette contrainte disparaît ici. Je ne sais pas ce que dit la loi dans le cas de la création d’une monnaie perso.
Dans tous les cas, ils ont l’intention d’échanger leur monnaie de singe contre des devise nationales (€, $…) dont la valeur est relativement acceptée, du moins jusqu’à la prochaine crise. C’est à dire qu’ils gagne de l’argent… en échange de l’écriture d’un nombre dans un livre de compte automatisé.
J’ai comme l’impression qu’il s’agit surtout d’une tentative de contourner les réglementations des états. À voir comment ceux-ci réagirons. En bref à fuir comme la peste.

Quand au G1, je n’y crois pas plus. Sous prétexte que la politique monétaire menée par les banques est aberrante, on va choisir une monnaie dont la politique monétaire est prédéfinie par son auteur et définitive, quelle qu’en soit les conséquences (dont l’auteur considère qu’elle n’ont aucune importances parce que le G1 “c’est la monnaie la plus juste, et c’est démontré mathématiquement”).

Qu’il faut payer les taxes dessus, mais convertie en monnaie fiat, ils préfèrent. En fait ils ne reconnaissent pas les monnaies alternatives comme des monnaies, donc le problème ne se pose pas. Par contre il faut les déclarer comme des actifs, bons ou je ne sais quoi d’autre.

Ceux qui ont demandé à des juristes comment déclarer des Ğ1 ont eu la réponse “on sait pas” et ceux qui ont essayé de les déclarer on eu la réponse “on s’en fiche”.

Je ne sais pas comment les gouvernements considèrent le Libra…

Il ne faut pas s’arrêter à ce qu’en dit Stéphane Laborde. Et si son fonctionnement monétaire est pour l’instant complètement défini par lui, c’est parce que les développeurs sont d’accord avec, et n’ont pas trouvé mieux. Si on trouve mieux (on cherche) on fork (puisque c’est une blockchain), mais ça n’est encore jamais arrivé.

La théorie relative de la monnaie (TRM) démontre que la monnaie libre telle qu’elle la définit est la seule monnaie possible respectant les 4 libertés économiques telles qu’elle les définit, mais comme toute théorie aujourd’hui cohérente, elle risque d’être invalidée plus tard…

Le Libra, par contre, n’a (à ma connaissance) aucune base théorique économique, absolument soumis à l’arbitraire de ses auteurs et dirigeants.

Attention, je tiens à signaler que cette “théorie” est du meme auteur que le G1.

Hmm,t’est sur @Mindiell ?
Au fait,ca avance brainbrainquiz ?

D’aprés ce que je vois,le créateur de la TRM est Stéphane Laborde.
Le créateur de la g1 est (je crois) Cedric Moreau (cgeek).

Je rebondissais sur ce que disait tuxman, à savoir que, pour la monnaie G1 : “son fonctionnement monétaire est pour l’instant complètement défini par lui,” (lui étant Stéphane Laborde).

PS: pour le quizz, non, j’ai un truc qui fonctionne, mais aucun graphiste/designer ne m’a proposé quelque chose. J’ai donc mis de côté pour le moment…

Le fonctionnement monétaire de la Ğ1 est effectivement conforme à la TRM de Stéphane Laborde, mais ses auteurs sont surtout les développeurs, donc en particulier Cédric Moreau (le dev principal du seul nœud totalement fonctionnel actuellement).

On peut avoir l’impression que Stéphane Laborde ou cgeek sont les dictateurs de la Ğ1, mais si un jour ils veulent l’orienter dans un sens qui ne plaît pas aux autres devs, il y aura un fork et soit les deux persisteront, soit le plus suivi restera le seul. C’est comme ça dans toutes les blockchains distribuées (donc pas dans Libra).

Dans plein d’autres projets libres, il y a un “dictateur bienveillant” (ie. Linux, Python, Ubuntu). On le suit parce qu’il fait bien les choses et non parce qu’il serait le chef. (quoique pour Python et Ubuntu je me demande)

Et c’est tuxmain avec un i, plein de gens ne voient pas le i… :slight_smile:

Hmm,je t’avais proposé un truc,non ?

Certes, mais là, contrairement au G1, c’est très clairement équivalent à de la création monétaire sous la forme de monnaie-dette. Dans le cas de l’échange de libra contre des euros (respectivement d’un emprunt à la banque) on inscrit dans une blockchain (resp. sur un compte en banque) que A détient n libras (resp. euro-dette) ce qui permet à A de payer n libras (euros) à B. Suite à quoi on retire n libras (euro-dette) sur la blockchain (le compte) de A et on les ajoutes sur celle (celui) de B. Dans le même temps, la banque de A fait un virement de n euros (des vrais cette fois, des euros de la banque centrale, comme ceux qui permette d’acheter une baguette de pain) à la banque de B. Dans la pratique la banque de A disons BA, n’as pas suffisamment de monnaie centrale pour payer toutes les transaction des clients de BA vers les clients de BB. Heureusement, il y a aussi des clients de BB qui achètent des choses au clients de BA. Ce qui fait que le bilan à la fin de la journée reste raisonnable. En théorie. Mais si BA crée trops de libras (d’euro-dette). Elle peut se retrouver en défaut de paiement. Donc logiquement le libra devrait, en plus d’être soumis à une déclaration d’impôt, comme tout bien, être soumis à un dépôt de fond de garantie, comme la monnaie dette, puisque les risque sont les mêmes.

Pour le G1 il vaudrait peut-être mieux en débattre dans un topic séparé non ?

Je ne sais pas précisément comme fonctionne la création monétaire de libra. Je pense que cette monnaie n’est pas définie comme “monnaie” d’après la loi française (pour qui monnaie = €), mais les liens directs entre libra et les banques (Paypal, Visa…) intégrant dans le système la conversion directe et simple en devises étatiques poussera probablement les gouvernements à le considérer comme une monnaie.

Si tu veux discuter Ğ1/ML, il y a aussi un forum dédié, sur lequel on trouve déjà plein de réponses à plein de questions, d’arguments et de propositions.

Pour avoir passé un peu de temps en Chine (2014-2016), j’ai vu émerger une activité comparable à ce dont rêve Zuck & co dans le réseau social WeChat. À l’époque, le réseau ne comptait “que” 600 millions d’utilisateurs.

Le porte-monnaie proposé d’office aux utilisateurs est crédité à partir d’un compte bancaire en RMB (renminbi, le nom officiel du yuan), et ensuite ça voyage de compte en compte en permanence, y compris pour des fractions de yuan (il en faut environ 8 pour avoir 1 euro).

Après quelques mois d’installation dans le réseau, WeChat a commencé à prélever des commissions pour tous les transferts supérieurs à 1000 RMB.

Si j’ai bien compris, AliBaba a construit quelque chose d’équivalent.

Pour revenir à Facebook, le risque existe que le gouvernement américain laisse faire car la Libra (épaulée par d’autres multinationales d’origine américaines) permet de remettre de la technologie américaine dans un secteur où les chinois ont pris du leadership… et ça craint méchamment !

En effet ça craint, mais on a peut-être plus d’espoir que les chinois :

WeChat est soumis au contrôle du gouvernement chinois, qui lui donne le monopole. Les USA se revendiquent non-interventionnistes, donc il devraient laisser faire le marché. Si un monopole se crée, il devrait rester déconnecter de l’état, donc non obligatoire (pour l’instant c’est encore vrai : on ne vote pas sur Twitter, on ne déclare pas ses revenus sur Facebook et on ne prend pas la photo du passeport sur Instagram).

Leur sacro-saint marché et leur destruction du service public protège au moins le droit de créer une alternative.