Le logiciel libre et l’image de la recette

Très souvent pour illustrer le logiciel libre on utilise l’image de la recette de cuisine. Je l’ai déjà utilisé mais sans que ça soit vraiment clair pour la personne. Je me disais qu’en utilisant l’image de la voiture ça serait plus parlant. Bon, ok, c’est moins sexy qu’une recette :yum: (disons que ça serait une voiture électrique, pas au nucléaire bien sûr, et bridée pour ne pas rouler comme sur un circuit).

Voilà comment je verrais la chose :

Une voiture (logiciel) fonctionne grâce à son moteur (le code source). Un logiciel propriétaire serait une voiture dont le capot du moteur ne pourrait être ouvert uniquement par le fabricant de la voiture (le créateur/la créatrice du logiciel). N’importe qu’elle personne s’y connaissant en mécanique peut, plus ou moins, faire ces propres repartions sans demander l’autorisation au fabriquant. Le moteur est accessible, ce qui permet de voir si tout est bien fait et permet de rouler en toute sécurité. C’est la même chose avec le logiciel libre. Le code source (le moteur de la voiture) est accessible ce qui permet de voir si aucun code malveillant n’est présent (par exemple une pièce du frein de la voiture mal fabriqué).

Pour les quatre libertés du logiciel libre il est possible d’utiliser l’image de la voiture :

0 : la liberté d’exécuter le programme, pour tous les usages ;
1 : la liberté d’étudier le fonctionnement du programme et de l’adapter à ses besoins ;
2 : la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;
3 : la liberté d’améliorer le programme et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.

Les quatre libertés adaptés à la voiture (bon, pour la 2 c’est un peu difficile de l’adapter à un objet matériel) :

0 : la liberté de conduire la voiture, pour tous les usages ;
1 : la liberté d’étudier le fonctionnement de la voiture et de l’adapter à ses besoins ;
2 : la liberté de redistribuer des copies du programme (ce qui implique la possibilité aussi bien de donner que de vendre des copies) ;
3 : la liberté d’améliorer la voiture et de distribuer ces améliorations au public, pour en faire profiter toute la communauté.

Bon, bien sur c’est à améliorer car je ne suis pas fortiche pour écrire clairement lol

1 Like

Bonjour,
L’intention est louable mais je pense que tu vas dans la mauvaise direction :wink:

Je pense que l’intérêt de la recette c’est justement que c’est dématérialisé: si je te copie ma recette de brownie je ne la perd pas, c’est donnant donnant (hors les 5min passées à la recopier qui peuvent correspondre au temps de téléchargement / clone), et tu peux derrière ajuster les proportions à ta guise, la transformer en recette de brookie, ou la publier sur ton blog sans que ça ne gêne personne.

Le problème de la voiture c’est que ce n’est pas du tout le cas:

  • il y a beaucoup de brevets sur tous les composants qui empêchent leur utilisation par des personnes autres que la marque
  • il y a des boîtes noires, notamment avec l’augmentation du pourcentage d’électronique
  • tu peux donner une « amélioration » de la voiture, par exemple une modification pour consommer moins ou autre, mais pas donner une voiture sans la créer ou l’acheter (on n’est plus dans le cas de la diffusion des idées et de l’information). De plus même si tu fais une voiture « opensource » tu dois quand même satisfaire pleins de normes de sécurité et de tests
  • la conduite n’est pas libre (code de la route) ni autorisée pour tous les usages (braquer une banque)
1 Like

Salut !

Je suis assez d’accord avec @abrx pour le côté dématérialisé d’une recette qui image bien un logiciel. Ce dernier étant, comme la recette, une suite d’instructions à suivre.

La question que je me pose est la suivante :

Je l’ai déjà utilisé mais sans que ça soit vraiment clair pour la personne.

En quoi la l’image de la recette n’était pas claire pour la personne ?

PS : Par soucis écologique je préfère que l’électricité provienne du nucléaire :wink: mais c’est un autre débat haha.

Si vous avez envie de coucher sur le papier vos métaphores préférées et de les partager, on a une section dédiée dans la documentation en ligne de Framasoft : https://docs.framasoft.org/fr/comprendre/index.html

:wink:

@Gavy Vous avez essayé le format dessins/BD? Ça passe assez bien pour faire comprendre un principe.
Il y a des générateurs de strip à la xkcd qui ne demandent pas de compétences en dessin / graphisme, et si vous avez des gens qui dessinent ça peut donner des trucs encore plus chouette!

Pour exemples en voici quelques uns qui sont très bien fait sur le blog Octo:
(NB: je ne bosse pas pour eux / je ne sais pas s’ils autorisent la copie hors de leur blog)

Mais aussi les best of de commitstrip, les joies du code ou les livres Phippy de la CNCF :slight_smile:

Si on prend certaines métaphores de la page que donne Gavy en lien c’est pareil. Pour certaine c’est pas du libre non plus, car il y a des lois à respecter. Par exemple prends celle pour expliquer le téléchargement en torrent. La métaphore c’est faire une photocopie d’un bouquin. Pour certains livres tu n’as pas le droit de les photocopier et de les distribuer. Mais la métaphore est très bien pour expliquer le torrent. Une métaphore c’est juste pour que ça soit plus clair pour la personne. Sans devoir rentrer dans les détails. Après, il y a peut-être mieux que la voiture comme métaphore.

Tu parles de quoi par d’une suite d’instruction à suivre ? du code source ?

En fait ça m’est arrivé plusieurs fois et aucune n’a pu me dire pourquoi c’était pas clair. Pour d’autres elle on comprit avec la métaphore de la recette.

1 Like

Salut ! Intéressant comme débat. :yum:
Dans le cas de la voiture, je dirais que ma vieille 206 est Open Source : Je peux consulter le code, mais je suis bridé par les brevets.

Bonjour, plutôt que de rester sur la recette, je l’étends plutôt à une métaphore alimentaire:
0- Exécuter/Utiliser : Tu manges quand tu as faim ou besoin d’énergie, pas parce que c’est l’heure et pas que dans un seul endroit, mais là où s’est approprié à ta situation
1- Étudier : Tu as le droit de connaître les ingrédients et la recette, même si tu n’es pas cuistot ou diététicien. Mais si tu n’es pas sûr de toi tu peux ainsi demander à un spécialiste qui n’est pas le vendeur d’un produit fini. Chacune et chacun d’entre-nous, lorsqu’il a une allergie ou une aversion sait très bien lire la composition et prendre sa décision en cas d’intolérance aux fruits à coques ou aux googleries.
2- Modifier : Droit de saler ou sucrer un peu plus ou moins, de mettre une farine sans gluten ou du coulis de tomates.
3- Distribuer: vous avez le droit de faire profiter votre entourage en donnant la recette, distribuant des parts ou de monter un petit business. Si vous n’êtes pas stupides vous réinvestirez une partie de vos revenus ou de vos temps d’amélioration de la recette dans la communauté qui vous a profité car vous êtes assez humble pour savoir que sans la capacité d’innovation de cette communauté, votre aliment deviendra probablement, fade en gardant ses approximations initiales.

J’aime bien la métaphore des quatre libertés avec l’alimentaire :yum: