Logiciels libre, libertée et education nationale>> feedback et retours d'observations

Hello,

un petit post pour signaler que en France les enseignants ont de moins en moins (pour ne pas dire plus) le choix des outils numérique même libre et/ou opensource. Ces outils, sont imposés par des méthodes très discutables. Attention ici je parle de généralité : c’est ce que j’ai pu observer dans plusieurs académie différentes et dans plusieurs collèges/lycées différents. De manière systématique les logiciels privateurs sont choisi avant toutes considérations de choix concernant des équivalents libre/opensource.

Un enseignant ne peux pas imposer d’avoir une pc sur deux avec un système GNU/Linux par exemple alors qu’il serait logique de tendre vers une plus grande représentativité des divers systèmes existant.

Les outils qui sont imposés aux enseignants peuvent avoir de lourdes conséquences au niveau de la gestion administrative du comptage des absences, de la mise en oeuvre des évaluations (qui peuvent être partiellement diplommante dans le cadre d’un contrôle continu) ainsi que du calcul général des notes.

Là ou il y a 15ans, nous pouvions obtenir les outils de nos choix, aujourd’hui nous devons ne plus rien demandé…la RGPD étant très pratique pour faire peur.

Je ne parle même pas de la « formation » des enseignants en informatique qui est simplement de 0 Heure dans l’année de stage… L’informatique est également inexistant dans la formation continue… bref il est simplement alarment de constater que les citoyens de demain sont formés dans un tels contexte .

Au niveau équipement de ce que j’ai vu il y a à peu prés 2 pc pour 100 enseignants… (je ne parle pas de matériel à destination des élèves mais bien de machines dédiées aux enseignants) et bien sur il n’est fournit aucun équipement informatique portable (pc, téléphone, tablettes…) malgré une demande plus tot générale.

Ne parlons pas de celui qui maîtriserait l’outil informatique en programmant ses propres logiciels et en montant ses propres services en ligne pour pouvoir travailler… il risque tout simplement la prison avec de très graves conséquences sur sa vie personnelle.

Ce n’est en rien un jugement mais seulement le constat de plusieurs dizaines d’années d’observations en France je vous laisse juger par vous même.

Pour conclure je ne peux que comprendre certains choix de framasoft après avoir fait des tas de réunions « brassage de vent » du coté de Paris dans un certain ministère… finalement ne plus vouloir à faire à ces personnes qui sont sensées travailler pour l’intérêt commun c’est trés certainement le choix le plus sensé…

Le meilleur choix et clairement (pour moi) d’agir en dehors de ces cadres.

Merci Framasoft d’être encore là !

4 Likes

Ce n’est en rien un jugement mais seulement le constat de plusieurs dizaines d’années d’observations en France je vous laisse juger par vous même.

Même vécu, mêmes constats.
Décourageant. J’ai baissé les bras depuis 3 ans après des dizaines d’années de tentatives de toutes sortes pour faire entrer la “vraie” informatique à l’école.
Une fois, le recteur de mon académie a cité mon travail dans une de ses lettres mensuelles; sans pour autant mentionner mon nom. Il voulait peut-être faire croire que l’EN s’intéresse au sujet.
À part ça, ce ne fut que bâtons dans les roues, jalousie et obscurantisme.

Le meilleur choix et clairement (pour moi) d’agir en dehors de ces cadres.

Même ça, ça ne fonctionne pas.

Je compatis, courage.

Hello,
c’est intéressant d’avoir d’autres retours… ça montre que le probléme reste général et surtout qu’il provient d’une politique plus nationale te regionale…?

Quand je dis hors cadre je parle à mon niveau avec mes serveurs ou j’y fait tourner mes services etc etc… je travail bien avec une grosse dizaines de personnes (profs) plus les élèves qui ont des comptes.

Quand les élèves disent à leur parents que le prof seul fait bien mieux que l’ent académique qui a couté des millions aux contribuables… e te laisse imaginer l’impact sur 10ans.
Les chefs n’aimes pas ça mais à partir du moment ou on ne nous fournit pas les outils pour quoi n’aurait on pas le droit de faire ça?
J’écris mes cours TP/TD programmes et compagnies alors pour quoi pas faire tourner mes propres applications sur mon propre materiel? Surtout quand les demandes ont toutes étaient refusée à partir de là je pars du principe que je suis légitimement dans mon droit.

Ce pose le probléme de l’échelle: ça reste restreint sur le nombres de users mais ça fonctionne bien et ça répond aux besoins à mon niveau. D’autres collégues s’y sont mis du coup.

La route est longue mais … libre. :slight_smile:

2 Likes

Tu héberges quels services par exemple, et à destination de combien de personnes ?

On t’a opposé quoi comme raison de refus ?

Dans mon lycée, de plus en plus de profs utilisent obligent les élèves à utiliser des services privateurs (edmodo, quizlet, drive, kahoot, dropbox), pour des documents à la maison, des évaluations (même une appli à installer pour faire un QCM noté en cours sur son téléphone, sur notre propre 4G).

Le lycée utilise aussi officiellement des machins comme Pronote, qui doivent coûter très cher pour une qualité assez médiocre. Alors ils n’ont pas de raison de râler plus si c’est libre ou hébergé par une asso de la région.