Question sur la résilience des solutions décentralisées

Bonjour,

Je découvre depuis quelques heures les différentes alternatives décentralisées aux solutions proposées par les GAFAM & co.

Je me pose une question sur la résilience du modèle.

Si je prends Mobilizon, PeerTube ou encore Mastodon, le principe est que chacun puisse monter une instance qui héberge ses propres utilisateurs et contenus.
La décentralisation ici vient de la possibilité de monter des copies du service tout en permettant aux instances de communiquer entre elles (par le protocole ActivityPub), voir porter un compte d’une instance vers une autre grâce à un import / export

Si ma compréhension est bonne, ce modèle ne prémunit pas pour autant l’utilisateur final d’une fermeture du service (ici de l’instance) qui aboutit à la perte de son compte et du contenu qu’il aura pu contribuer.
On peut même imaginer que le propriétaire d’une instance décide de rendre son service payant du jour au lendemain.

Est-ce que vous savez si des solutions proposent un système équivalent à une Blockchain où le contenu serait partagé entre les instances et donc deviendrait résilient à la fermeture d’une ou plusieurs instances ?
De cette manière, le contenu apporté par les utilisateurs n’appartiendrait pas à une instance.
Dans mon cas, nul besoin d’un consensus par la preuve par le travail, quelque chose de plus léger et moins énergivore surtout me va très bien.

Merci par avance pour votre aide

édition:
Je suis tombé sur hubzilla qui propose une décentralisation de l’identité et de la communication entre les instances mais de ce que j’ai compris, ça ne prend pas en compte la décentralisation d’un contenu commun.
https://hubzilla.org//page/hubzilla/hubzilla-project

2 Likes

Je partage ici l’avancée de mes recherches / réflexions.
On ne sait jamais, ça pourrait servir à d’autres qui se poseraient les mêmes questions …

La réponse à mon besoin de décentraliser les données pour assurer leur résilience et l’indépendance vis à vis d’une entreprise / association d’individus ou individu, qui n’en aura finalement jamais la propriété, semble être un registre distribué (distributed ledger)
La blockchain est un type de registre distribué mais pas le seul

Un projet opensource créé par la fondation Linux pourrait coller à ce que je cherche

1 Like

Mise à jour
Je pense avoir trouvé une meilleure option avec Orbitdb…
Je vais tester la chose et suis preneur de tout retour d’expérience sur ce type de besoin et solutions

J’ai ce soucis de conserver ma souveraineté numérique. Basé sur l’association de ipfs et Nextcloud.
Maide In Zion met en service un cloud décentralisé et un modèle de civilisation forêt jardin.

Restons en contact

1 Like

Merci pour ta réponse.
Aujourd’hui les principaux cas d’usages sont sur des crypto (G1, Bitcoin, Ethereum…)
Les solutions proposées par Framasoft sont des solutions indépendantes, éventuellement connectées mais pas décentralisées comme on l’entend avec des techno blockchain
La question centrale est la confiance, comment s’assurer qu’un noeud ne vienne pas pourrir la base de données ?
Si on propose un service concurrent à une solution centralisée, le propriétaire de la dite solution pourrait intégrer le système est dégrader sa qualité.
Le fait de ne rien pouvoir effacer est une première réponse.
On peut ensuite imaginer reprendre le principe de la G1 avec un système de cooptation pour certifier les noeuds de confiance
Bref, je brainstorm toujours…

OrbitDB c’est vraiment bien même si c’est limité en fonctionnalité DB. Pas de relationnel entre autre…
Et tu vas devoir piner ta DB.

Est-ce que tu as regardé du côté de gun ou fluree ?

Je me permets de revenir sur ce point :

Attention, même si une blockchain est partagée entre les instances, elle n’est pas forcément si décentralisée que ça, et un acteur peut bloquer les transactions, comme le montre l’exemple d’OpenSea à propos de NFT:
Article en anglais : OpenSea freezes $2.2M of stolen Bored Apes
Article en français : Un nouveau monde vraiment décentralisé ? La plateforme OpenSea « gèle » pourtant une collection de NFT volés

Un autre article sur la (dé)centralisation : Wesley Aptekar-Cassels | web3 is Centralized

Merci de ne pas troller sur l’utilité ou non des NFT, ce n’est pas mon propos. Je veux juste souligner que même une blockchain, pourtant conceptualisée comme quelque chose de décentralisée, ne l’est pas forcément.

[Note] Les liens sont issus de ce blog: Standblog

Pour aller dans le sens de @Fabrice je mentionne aussi l’article que vient de publier Moxie sur le « web3 » : Moxie Marlinspike >> Blog >> My first impressions of web3
Il y aborde plutôt clairement (je trouve) la question de la « décentralisation pas vraiment décentralisée ».

Mon analyse (qui n’engage que moi et pas Framasoft), c’est qu’un logiciel utilisant des protocoles « full-web » comme ActivityPub peut paraître « moins puissant » que d’utiliser une solution type blockchain. Mais, dans les faits, à partir du moment où une immense partie de la population ne souhaite pas trop chercher à comprendre la sauce technique derrière la décentralisation (et je ne les en blâme pas), je pense qu’une solution type blockchain est beaucoup trop lourde pour résoudre un problème (la propriété des données) qui est certes réél, mais qui est finalement un pb de curseur.

+ de contrôle de mes données (+complexe) ≤------------------------> - de contrôle de mes données (+ de simplicité)

La solution proposant le meilleur contrôle, ce n’est pas la blockchain (qui maîtrise le ledger ?) ou même IPFS, mais bien l’autohébergement correctement effectué (avec backup, confiance dans les machines, etc). Par contre, c’est plusieurs centaines d’heures pour arriver à maîtriser les différentes couches (sécu, backup, adminsys, bdd, maintenance et MAJ, questions légales, etc), même si des solutions intermédiaires comme YunoHost permettent de faciliter grandement cette gestion.

Donc, comme on ne peut pas demander à 100% des gens d’être à l’extrême gauche du curseur, il faut réussir à proposer différentes alternatives. YunoHost, chatons.org, ActivityPub ou la blockchain font partie de ces alternatives. Après, c’est donc une question d’arbitrage.

Personnellement, je préfère avoir mon instance PeerTube « à moi » (même hébergée chez un hébergeur comme hetzner) car je peux en gérer les différents aspects (ou demander aux copains de me filer un coup de main). J’héberge des gens (des proches essentiellement) sur cette instance. Ils et elles sont donc « dépendants » de moi, c’est vrai. Mais ils et elles peuvent s’adresser à un humain qu’ils et elles connaissent. Et moi j’ai clairement affirmé « je vous héberge gratos, mais gardez une sauvegardes de vos contenus, parce que shit happens et que je peux même perdre mon backup, ou passer sous un bus ». C’est quelque chose qui est compris, entendu et accepté.
Un hébergement des données sur blockchain leur garantirait-il plus de sécurité ou de contrôle ? Rien n’est moins sûr. Encore une fois : qui contrôle le ledger ? avec quelle gouvernance ? etc.

Ca fait quand même quelques années qu’à Framasoft on travaille et réfléchit à cette question de la décentralisation. Et si je devais caricaturer, je dirai que ça se résume en un mot : « confiance ».

On a fait le choix de pousser des modèles de confiance (dans des humain⋅es) plutôt que des modèles leaderless soit disant transparents et attribuant la confiance à l’impossibiité (toujours soit disant) de toute prise de contrôle.

Peut-être qu’on s’est trompé, hein, mais honnêtement je ne le pense pas. En tout cas, je ne dénigre absolument pas les solutions basées sur la blockchain, qui ont leur intérêt et leur place sur le curseur, mais je reste persuadé qu’il est bien de travailler sur des solutions fédérées (SaaS ou pas) qui me paraissent tout aussi importantes.

1 Like