Superstition numérique?

J’ai eu location de faire débute des personnes dans l’utilisation d’outils numérique, voir dans quel cas initié à GNU/Linux.
Deux comportements, mon profondément surpris.
Quand tu places un débutant, devant un clavier, 8 fois sur 10 ses premières paroles sont « Je suis nul ».
Quand des utilisateurs, qui veulent apprendre à programmer, ils utilisent une distribution dans une machine virtuelle, fonctionnant sous win.
Et je passe toutes les personnes qui clament que sans Word , tu peux pas faire un document écris.
Ou l’affirmation, Linux, c’est de la merde.

Bref des trucs sans fondement.
Personne ne peut être nul d’un truc qu’il ne sait pas. Pourquoi ce jugement de valeur ?
Virtualise, Linux sous Win, j’ai du loupé un épisode. KVM fonctionne sous win ?

Je vous propose, une hypothèse pour ce comportement.
Une grande partit des démarches, administratives, se fait via le web.
Donc si c’est correctement fait, tu es tranquille, tu auras ta sécurité sociale, t’a mutuel, t’a retraite, tu n’auras pas de pénalités de retard ……
Bref t’appuie sur le bon bouton, t’a ta bouffe, tu appuies sur le mauvais bouton pas de bouffe et choc électriques.
Super nous vivons dans une boite de Skinner.

Une autre truc qui me chagrine et m’interroge, pourquoi Microsfiote , n’a jamais utilisée un noyau BSD, pour faire évolue son OS ?
Parce que là pour le coup, le bouton un coup il marche, un coup il marche pas, sans qu’il soit clair de comprendre pourquoi.

Salut !

Personne ne peut être nul d’un truc qu’il ne sait pas. Pourquoi ce jugement de valeur ?

Assez simplement je dirai qu’il s’agit d’une peur de l’inconnu, pour beaucoup de monde l’ordinateur agit comme une boite noire. Ils l’utilisent mais ne savent pas comment ça fonctionne. Ce qui peut être effrayant. Un peu comme au début quand on conduit une voiture, il faut du temps pour perfectionner les gestes et comprendre l’incidence de ces derniers.

Virtualise, Linux sous Win, j’ai du loupé un épisode. KVM fonctionne sous win ?

La virtualisation me semble être un bon début pour qui veut découvrir/apprendre les alternatives à Windows sans pour autant en partir. VirtualBox et VMWare fonctionnent très bien.

La virtualisation fait que pour le moindre problème tu vas résoudre la question pas l’ utilisation d’une solution Windows. Ce qui conforte l’idée que win , c’est mieux que Linux. A la fin tu ne peut être que déçus de Linux et considéré que c’est le Windows du pauvre.

Quand on place quelqu’un devant un mécanisme inconnu (logiciel, machine…) il va si possible se placer dans un environnement sûr (dossier de test, copie de sauvegarde…) pour faire des tests et induire (trouver par expérience) le comportement de l’objet, puis une fois ce savoir acquis, essayer les trucs qui semblent marcher. (et c’est là qu’on nous dit « comment t’as deviné ? » alors qu’on a juste cliqué sur fichier->ouvrir).

Cependant parfois on est confronté à un mécanisme inconnu alors qu’on n’a pas l’occasion de faire des tests pour prévoir les conséquences de chaque clic (par exemple le site de la banque ou la config de GRUB). Il y a aussi des gens qui ne sont pas curieux, qui ne ressentent pas ce besoin de chercher comment fonctionne leur environnement.

J’ai l’impression que l’important est la curiosité et le droit à l’erreur.

Heureusement que nous fessons des erreurs, aussi non il n’y aurait pas apprentissage.
C’est vraiment l’idée de ce poste, qu’elle est notre perception, de l’environnement numérique.
Quelles sont nos croyances qui nous enferme et nous conduisent à renoncer.
Je suis confronté, à des personnes, qui font des affirmations absurdes. Par exemple « L’ordi, j’y comprends riens, par contre mon gamin, il est super doué ».
Super, une génération spontanée, qui nait génie en informatique.
Dans la réalité, un gamin, dépasser par la surcharge d’information, sans un adulte pour le l’aider dans son apprentissage. Ou pire un gosse de moins de 5 ans, qui passe 6 heures par jours, à utiliser une tablette.
Voir des adultes précarisés, qui ont du temps pour apprendre, pétrifie face à un clavier. Juste parce que leur entourage phantasme, sur des virus ou des attaques de pirates.
Luter contre l’idée qu’un ordinateur qui n’a pas de virus, c’est forcément un Mac. Et que pour faire un truc un minimum sérieux, il faut utiliser Windows.
Luter contre la légende que pour utiliser Linux il faut être une bête en informatique.

1 Like

Je crois pour commencer que le numérique n’empêche pas de faire un minimum attention à son orthographe, à sa grammaire. D’autant qu’il existe des outils tout fait pour cela, quelque soit l’OS… Pour te déchiffrer, c’est pas forcément simple. Tu fais des fautes doubles en oubliant par exemple l’infinitif des verbes, et un éventuel accent qui aurait permis de comprendre « phonétiquement ». ça aussi c’est révélateur du numérique d’aujourd’hui, ce n’est pas la partie la plus heureuse.

Je n’aime pas (du tout) Microsoft, mais il faut être réaliste, le numérique ce n’est pas que Linux, ou Mac ou BSD… Et il faut bien commencer par quelque chose.
Il y a quelques clés pour comprendre les réactions de tes interlocuteurs, notamment de vieux discours d’informaticiens, qui persistent encore chez certains.
De fait, j’aurais du mal à dater. Mais historiquement, quand on commençait à parler d’informatique, ou d’ordinateurs, ceux qui savaient disaient quelque chose qui se résume à « c’est compliqué, cherche pas, ça fait ce qu’il faut pour toi » => et oui, c’est typiquement le discours historique et actuel de Microsoft.
Le « temps de cerveau disponible » cher à M Bouygues revient au volume de cerveau « liquéfiable » pour Microsoft.
Dans un ordinateur on parle de dossiers et de fichiers, et dans la vie de tous les jours on parle de dossiers et de fiches, papiers, documents…
L’enjeu avec ceux qui ont pris peur « grâce » au discours ambiant, c’est de faire revenir le numérique dans la vie réelle, de leur donner envie d’ouvrir la boite noire. Si on regarde un peu, on s’apperçoit que beaucoup exploitent cette peur de plein de manière : les GAFAM, les premiers, sont loin d’être les seuls. Tous les sites qui avec le rgpd t’affichent une liste d’accès que tu dois désactiver un à un. ça te saoule, tu valides tout ! zut alors…

Mais au début je disais qu’il fallait être réaliste. Combien de personnes « normalement constituées » vont acquérir un ordinateur sans système windows, ou même en le remplaçant tout de suite par Linux ?
Pas grand monde (même si cette minorité a raison d’augmenter…) !
Combien de personnes, à leur travail, si elles utilisent un ordinateur auront comme OS autre chose que windows ? Et Microsoft commercialement est particulièrement doué, il te rend captif, te propose un word, gratuit pendant… (je ne sais plus, ça évolue, j’ai arrêté d’acheter de nouveaux pc…)
« Bon papy tu crois qu’il n’y a qu’avec word que tu peux écrire un texte ? Mais word ce n’est que le papier, et le stylo, tu peux toujours changer de papier et de stylo non ? » Dans ce genre de chose, il est toujours plus simple de fonctionner avec un truc qui nous gêne d’un coté, qu’on va résoudre de l’autre.

Je bidouillais de temps en temps sous linux, sans l’adopter comme système principal. Pourtant convaincue depuis fort longtemps de l’intérêt du libre. Sur l’OS, je n’arrivais pas à passer le pas. Et W10 m’a prodigieusement gonflée. J’ai retrouvé ma liberté avec Fedora. Et moi je suis une convaincue, nos interlocuteurs n’ont pas cette passion là, ils en ont d’autres. Il faut être patient. Il est légitime de ne pas vouloir se casser la tête sur quelque chose qui n’est qu’utilitaire. D’autant plus si ça nous parait inaccessible.
donc oui, il faut d’abord montrer que ce ne sera pas une prise de tête, que ce ne sera pas inatteignable, ni si différent. En ce sens une VM, ça permet d’être progressif. Si la VM marche pas, chercher à mieux faire fonctionner sa VM ça apprend aussi. Mais si dans ce cas on retourne à windows, c’est que c’était un peu tôt.
En plus, la plus part des choses fonctionnant avec le web, c’est plus zen qu’il n’y parait…
Et aussi, il faut montrer que c’est nécessaire, utile, que ça permet de retrouver son indépendance, de ne plus tout abandonner à la machine, de faire ses choix.

Mais je suis convaincue qu’avant cela, il faut que la personne reprenne la maitrise de sa machine, même sous Windows. ça veut dire qu’il faut expliquer vraiment ce qu’il se passe avec des mots compréhensibles : éveiller l’esprit. Apprendre à lire ce que l’ordinateur nous dit. Le petit neveu de 15 ans qui sait forcément tout parce qu’il est né dedans, il tâtonne encore, il n’a pas de stratégie en tête. Il est né avec l’idée qu’on allait réfléchir à sa place, papy non… Et toi ?

1 Like

Bon déjà, pour le Français, désoler , je ne voie pas les fautes, j’utilise Grammalecte, pour limité les dégâts. (Il parait que j’ai un disque moue qui fait de complémentarité à outrance).
Avec un utilisateurs , pour qu’il passe sous une OS Libre (Fedora pour ma part).
Je lui repart son bousin sous win et je l’informe que de toute façon sa ne durera q’une temps, car forcement son truc est fait pour planter, histoire qu’il soit toujours à payer du service. Que si , il veut maitrisé son budgée pour l’informatique, il faudra passer son Linux.
Il me prend pour un fou, je le revoie plus pendent 6 moi à 1 ans.
Quand il reviens, il veut en savoir plus et tenter l’aventure.
Je l’informe, qui doit achète , un disque dur vierge et une licence win si il veux utlisée windows avec sa distribution. Le choc « Quoi Windows, c’est payant », et bien sur visionner une conference de richard Stalman.
Quand les trois condition son remplis. Je remplace le disque dur (Pour le cas ou il veut revenir à son Windows de base, ou si il faut envoyer le matériel en SAV).
j’installe la Fedora et si demander je fait une machine virtuel Windows.
Je lui montre le gestionnaire graphique, pour les mise à jour et l’instalion de nouveau programme. Je lui fait un marque page sur Fedora france. Et lui montre la façon d’écrire nœl sans passer par les Alt (Pour un ex windowsien, ça et imprime ecran c’est une vrais nouveauté). Je te dit même pas le level supérieur quand tu lui montre qu’il peut faire une video de ses sessions. Une fois que l’utilisateur est familiariser avec son environnement. Tu lui montre l’utilisation des bureaux virtuel et sa première ligne de commande avec youtube-dl. Pour un plus jeune, je le provoque, je lui montre de quel façon je navigue sur une vingtaine de fenêtres, en le placent au défit de faire idem avec son win. Ou si il fantasme sur les hacker, je lui fait une session avec VI et Terminator, avec 3 fenêtres, façon école 42. Après les gosses , ils sont super démerde, ils se trouvent un PC et tu répond simplement à leur demandes il font leur install eux même. Perso les « petit con », je les adore, ils me poussent toujours à me remettre en questions et à évolue.

Ce que je leur dis à ces gens-là c’est que ce n’est pas une question d’age. Les « gamins », à part utiliser face de pet et YouTube, on ne peut pas dire qu’ils savent vraiment utiliser un ordi (oui, il y a toujours celle et ceux qui sont plus débrouilard·e que les autres). Dans une association dont j’ai fait parti, nous recevions des ados en découverte entreprise. Hé bien pour certain·e, pour leur rapport de stage, j’ai été obligé de leur expliquer comment utiliser un traitement de texte ou faire une recherche sur le net. Ou tout simplement comment utiliser un ordi.

C’est ce que je fais pour expliquer ce qu’est un ordinateur. J’utilise au maximum des images de la vie réelle. Bon, des fois c’est pas toujours possible. Mais quand on dit à la personne que le bureau de l’ordi c’est comme le bureau sur lequel est posé son ordi et sur lequel il y a les dossiers en cartons, dans lesquels son rangé ces lettres, factures, etc. en papier, c’est déjà plus clair pour elle. Comme pour le copier-coller (un document photocopier) ou le couper-coller (je prends un objet que je déplace).

1 Like