Impact écologique du numérique

Bonjour,
Je viens de tomber sur un rapport du Shift Project, sur l’impact carbone de nos habitudes numériques.
Le liens est https://theshiftproject.org/wp-content/uploads/2019/07/2019-01.pdf
Ce n’est pas à proprement parlé en rapport avec le libre, mais cela me semble pertinent de le partager avec des gens qui militent pour une modification des usages du numérique. Ça mériterais peut-être même un petit article ou un interview sur le framablog ? Je vous laisse vous faire votre avis.

2 Likes

(Ceci est mon avis vous avez le droit d’avoir le votre)
Il est vrai que les datacenters consomme un quantité folle d’énergie et que utilisé nos ordis consomment (si on additionne tous les ordis de monde, sans compter les datacenters ) tout autant et c’est pas super pour l’environnement mais où est le souci ?
Le souci viens de l’énergie plus précisément de sa création. Si toute l’énergie venait du renouvelable (je peux oublié un détail et je vous demande de me corriger si telle est le cas), l’utilisation du numérique ne serait pas plus polluante que ma tomate dans mon jardin.
Mais il faut compter dans le calcul la création des ordi en usine, elle aussi polluante ou même la livraison de se pc par la poste ( à se détail il suffit que d’acheter des ordi d’occasion et non pas neuf mais la livraison est toujours dans le problème…)

Donc voila les causes de la pollution causé par nos habitude informatique.

Maintenant que nous avons le problème il nous faut une solution ! Mais elle n’est pas simple a mettre en œuvre car plusieurs problème viennent nous arrêté dans notre quête de solution :

L’énergie pour commencer : si les grandes entreprises ( google, microsoft, asus etc…) décidaient d’utilisé uniquement de l’énergie renouvelable pour créé les ordinateurs et alimenter les data center, on enlève déjà un gros morceaux du problème, mais (encore un mais ) cela coûte cher ! Très cher même ! Et google ne veut pas perdre ne l’argent pour éviter un problème qui va arriver bien après leur mort, car ils pensent à l’argent et à court-terme.
Ensuite nous avons l’alimentation de NOS ordinateurs qui est basé sur le charbon, le pétrole et le nucléaire (pas très écologique on est d’accord ). La solution, là, dépend du gouvernement et de leur choix énergétique et écologique, mais là encore ça coûterait cher,et les différents gouvernement veulent gardé leur argent :money_mouth_face:.

Dernier problème (si je n’oublie rien) c’est le véhicule qui vous livre votre nouvelle ordinateur ! Là, la pollution produite par le véhicule peut être supprimer si les entreprise automobile décide de faire des voiture électrique, solaire ou à hydrogène , mais la encore ça coûte de l’argent.

Vous l’aurez compris, nous somme en effet coupable, nous consommateur, mais les créateurs et les gouvernements sont responsable eux aussi.

Les solutions proposer sont tous précéder d’un SI et ce SI et très optimiste !
Que pouvons nous faire dans notre fauteuil ? Déjà sortir du fauteuil, mais aussi acheter des ordis d’occasions, ne pas soutenir directement les grosses entreprises et autre solutions que je ne vois pas en écrivant ces lignes

Merci d’avoir lus mon pavé et de me corriger si j’ai fais une erreur.

Je réponds « à la va vite » avant d’aller dormir.

Pour rappel, le scénario « Négawatt », qui est celui généralement mis en avant par les milieux écologistes car proposant une solution pour se passer simultanément de fossile ET de nucléaire, nécessite une réduction de notre consommation d’énergie (ou d’électricité, je ne sais plus) par 3. C’est pas moi qui le dit, c’est les auteurs du scénario, et dès les premières pages. Donc le problème de la création ne peut être dissocié de celui de la quantité. Si on veut maintenir ou augmenter notre consommation il faudra du nucléaire (ou du fossile, mais c’est pire). Si on veut se passer de nucléaire, il faut de la sobriété.

Ça veut dire qu’elles mettraient leurs chaines de prod’ à l’arrêt et éteindraient leurs serveurs les jours sans vents et sans soleil. Tu me diras, j’ai rien contre.

On est en train de passer le pic pétrolier. Le problème arrivera bien avant leur mort. Ou la provoquera.

Dans la mesure ou notre électricité est à 80% issues du nucléaire (donc décarbonée) et 10 à 15% de renouvelable (principalement de l’hydraulique, décarbonée elle aussi), nos principales marges de manœuvre en matière de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, se situe plutôt du côté du transport et du logement (encore largement chauffé gaz et mal isolé). Donc la consommation de ton terminal ne changera pas grand chose au changement climatique, à moins d’être en voyage en Pologne. Par contre, si tu es contre le nucléaire, c’est différent…

C’est justement de cela que parle le rapport et pour cette raison que je le partage.
Il préconise une sobriété énergétique (dans le cas de ce rapport, on parle spécifiquement des usages vidéos, mais le travail du Shift Project ne se limite pas à cela). Et tente de réfléchir à la manière dont on peut modifier nos usages (ce qui ne vise pas uniquement les comportements individuels, comme tu peux le constater dans le rapport).
Je pense que ce sont des axes de réflexions qui peuvent être pris en compte dans les projets de Framasoft.

1 Like

tu oublie l’hydraulique en faite .

Le nucléaire est en effet moins polluant en terme de CO2 mais les déchet radioactif (pour plus de 1000 ans voir plus encore…) sont pire !
pour les transports j’ai dis quelle serait la solution (si les entreprise voulait bien penser a autre chose que l’argent).

Pour ce qui est de notre utilisation bah il y a 3 choix:
soit tu t’en tape de l’avenir et tu continue (pas ma préféré)
soit tu banni toute activité polluante de ta vie (c’est extrême je trouve)
ou tu modère ton utilisation et tes activité polluante (informatique compris)

je suis plus dans la 3eme classe mais la viens un problème: notre ENVIE d’informatique !
la c’est plus complexe et je ne suis pas le meilleur pour en parler mais en gros on est dépendant de l’informatique pour plusieurs raison :
1 c’est pratique, faut l’avoue !
2 si tu utilise pas d’ordie bah tu t’intègre pas bien dans la société elle aussi dépendante.

Donc comme je le disait, créateur (gouvernement, entreprise…) et nous (consommateur) somme responsable de cette pollution !

merci de tes corrections !

Ça suppose que l’hydraulique soit capable à elle toute seule de remplir l’intégralité des besoins de la population. L’hydraulique étant parmi les énergie les moins complexes et les moins cher à produire, je pense que ça serait déjà fait si c’était si simple. Dans le cas contraire, ça veut dire qu’il faudra hiérarchiser les besoins lorsque les autres modes de production ne seront pas disponible. Pas sûr que les vidéos de chatons doivent passer avant les hôpitaux.

Moui mais non. Je ne comptais pas lancer un débat sur le nucléaire en publiant cet article. Mais les conséquences des énergies fossiles se feront aussi sentir pendant plus de 1000 ans, déplaceront 200 millions de personnes pour les prévisions les plus optimistes (évacuer une grande ville en cas d’accident nucléaire, c’est plutôt de l’ordre du million), rendront tout le nord de la Chine et une partie de l’Afrique inhabitable (Tchernobyl et Fukushima c’est sur 10 ou 20 km et encore, elles sont aujourd’hui considérées comme habitable et l’état actuel des connaissances). J’ai pas le chiffre du nombre de mort par watt produit, mais je suis aussi prêt à parier que celui des fossiles est supérieur de plusieurs ordres de grandeurs à celui du nucléaire, accident compris. Les déchets radioactif sont stockables, avec un éventuel risque de fuite. Les déchets des fossiles sont rejetés directement dans l’air.

Bref tout ça, non pas pour défendre à tout pris le nucléaire, mais pour dire que le débat aujourd’hui ne porte pas sur la comparaison fossile/nucléaire, mais plutôt sur la comparaison renouvelable/nucléaire.

Les pro-nucléaire arguent que les renouvelable ne suffiront pas à répondre à nos besoin (ce qui est vrai au vu de nos besoins actuels). Les anti arguent que les renouvelable peuvent suffire si on diminue radicalement nos besoins pour un danger moindre (ce qui est vrai aussi reste à savoir comment on réduit nos besoin sans trop d’impact sur notre niveau de vie). Il y a aussi quelques autres sujet de réflexion sur les surfaces occupées au sol (ce qui a son importance si on veut reboiser et abandonner l’agriculture intensive), les populations déplacées (le barrage des trois gorges a déplacé plus de personnes que Tchernobyl et Fukushima réunis), les coût (sujet secondaire à mon sens, vu les enjeux), etc.

Bref entre le nucléaire et le fossile, je choisi le nucléaire. Entre le nucléaire et les renouvelables ? À titre perso je me ferais sans trop de mal à une énergie intermittente. Mais ceux qui pense qu’on aura le beurre et l’argent du beurre, je les prie de me laisser la crémière et de faire leur comptes sans moi.

De toute manière, avec les politiques actuelles, on va avoir un réchauffement climatique à 6 ou 7 degrés − parce qu’on ne prend aucune mesure pour le limiter, ni en France, ni dans les autre pays − tout en ayant quand même du nucléaire − parce que nos besoin en énergie ne diminue pas, et Négawatt faut diviser par 3 −, qui plus est produit par des centrales vieilles − parce que notre gouvernement n’assume pas d’être pro-nucléaire (oui, à 80%, le statu-quo, c’est être pro-nucléaire), et donc ne remplacera pas les vieilles centrales par des neuves non plus.

C’est exactement ça. En gros il s’agit de hiérarchiser nos besoins entre ce qui est indispensable, ce qui est utile, ce qui est confortable et ce qui est superflu, voire parfois nuisible. Et de maximiser l’efficacité dans tout ce qui appartient au trois premières catégories.

Je pense qu’on a une certaine marge, entre les vol Paris-Strasbourg à 7€ avec escale à Berlin, la publicité (très souvent mensongères) pour des produits franchement nuisible sur écran lcd installés dans les toilettes, les croisières, un certain nombre de réseaux sociaux, les oranges qui traversent l’Atlantique, la quantité de viande consommée par personne et par semaine, les frigo connectés, les voitures dans les centre villes généralement bien desservis (c’est un peu différent pour les banlieues et le zones rurales, certes), les voitures avec des cylindrées complètement extravagantes, les machins jetables… La catégorie « superflu » me parait quand même bien fournie.

1 Like

techniquement, nos besoin VITAUX ne demande pas autant d’énergie, si on met des panneaux solaire et des éolienne sur chaque maison bah on règle un problème (normalement).
mais je crois que nous nous écartons du sujet de base en faite

Nous sommes parfaitement d’accord là dessus.

Si la question est de savoir « est-ce qu’il est techniquement faisable pour diminuer notre consommation d’énergie ? » la réponse est « oui ».

Maintenant, la question est « à quoi somme nous prêts à renoncer pour diminuer notre consommation d’énergie ? ». Puis là généralement il n’y a plus grand monde. Faire le trajet en une demi-heure en voiture plutôt qu’en une heure en vélo ou transport en commun n’est pas vital. Partir en vacance à l’autre bout du monde une fois par an n’est pas vital. Chauffer sa maison à 18°C en hiver n’est pas vital. Avoir une maison de 150 m² n’est pas vital…
La pratique nous montre que les gens sont quand même relativement attachés à tout cela. Et je les comprends.

Mais effectivement, le sujet de base, c’était de permettre au membre de l’association de s’interroger sur leur propre pratique et sur les améliorations qu’il est possible (ou pas ?) d’apporter, ainsi que sur les discours à tenir en matière de numérique. En bref d’apporter un regard critique (au sens noble du terme) sur ses activités. Le Shift Project s’intéressant au numérique du point de vu de l’écologie et étant peu impliqué sur les problématique liées au libre, les biais de raisonnement ne seront pas les mêmes. Ce qui est toujours intéressant.

1 Like

c’est souvent dans tout les domaine le cas en faite .
Pour ce qui est du sujet de base de ton post je te remercie de penser à ça,d’autre personne aurait ignorer ce genre de sujet !
Mais arretons de monopoliser le sujet juste pour notre débat, laissons les autre s’exprimer (je suis actif sur le post de tout façon rassure-toi j’aime ce genre de sujet à débat )

Je ne sais pas quel est le rapport de proportions entre les différentes pollutions engendrées par l’informatique, mais en plus de la conso électrique (surtout nucléaire ou charbon selon les pays) :

  • Le pétrole pour fabriquer les matériaux et assurer le transport ;
  • Les minerais pour fabriquer l’électronique (c’est aussi un problème éthique et un problème de recyclage) ;
  • Le sable pour la silice.

Le libre permet déjà de réduire les problèmes de recyclage, grâce à l’interopérabilité (donc le besoin réduit de changer des pièces). Il permet aussi de réduire les coûts du matériel, donc d’en avoir du meilleur, et de multiplier le nombre d’endroits disposant du matériel de réparation ou de recyclage.

Ensuite pour éviter pas mal de transport en bateau, ainsi qu’une exploitation et une pollution accrues à cause du manque de lois et d’infrastructures dans les pays pauvres, on pourrait aussi construire des mines et usines dans les pays riches (consommer local).

Quand j’achète des composants électroniques, ils sont presque tous fabriqués en Chine, quelques uns de bonne qualité aux USA, et il reste un peu d’industrie chimique en Europe. Le plus polluant est peut-être le transport en bateau.

Salut,

Je n’ai pas lu tout le troll, ces éternels et récurrents discours écologiques me fatiguent. Il y a, très curieusement, des questions qui ne sont jamais abordées… Je n’ai pas de solution, malheureusement, mais je pense que, tant qu’elles ne seront pas prises en compte, ces questions rendront les discours écolos au mieux inutiles et inefficaces, au pire plus mauvais que les solutions qu’ils croient apporter.

Les énergies renouvelables

La première question est : qui accepterait de voir sa maison engloutie dans le lac d’un barrage ou d’avoir une éolienne faisant un boucan épouvantable (seulement quand il y a du vent, c’est vrai !) dans son jardin ? Ça me fait penser au premier écolo que j’ai connu : un garde forestier qui faisait la leçon à tout le monde pour ne pas se chauffer au fioul. Belle intention, mais quand on sait qu’il avait non seulement tout le bois qu’il voulait gratuitement, mais en plus qu’on lui coupait, fendait et empilait à côté de sa porte, toujours gratuitement (avantages de sa fonction !), on trouve le donneur de leçons un peu pénible… Yakafaukon, mais à condition que ce soient les autres qui en fassent les frais ! Qui est prêt à manier la tronçonneuse (ou bien mieux : la hache) pour faire son bois au lieu de se chauffer au fioul, au gaz ou à l’électricité nucléaire ?

La seconde question est : quel est le plus écolo, utiliser les moyens traditionnels existants à bon rendement, ou fabriquer des équipements pour énergie renouvelable à faible rendement ? On parle de recyclage, mais on veut détruire les centrales existantes pour en construire d’autres dont on sait qu’elles devront être très nombreuses pour couvrir les besoins. (quand je dis “bon rendement”, c’est uniquement en comparaison de celui des énergies renouvelables, hydro-électrique excepté)

Troisième question : quel est la réelle “rentabilité” écologique des voitures électriques ? À ma connaissance, que l’énergie ait pour origine des hydrocarbures ou une batterie, elle est égale pour déplacer la même masse sur une même distance avec les mêmes vitesse et accélération. Or, avec une voiture électrique, on a un énorme surpoids de batterie. Donc, un surcroît de consommation, plus pollution et énergie supplémentaire pour la fabrication des batteries et leur recyclage (en espérant qu’elles soient recyclées, ce que je demande à vérifier, de même que la recharge systématique des batteries par de l’énergie 100% renouvelable !).

Mais bon, reconnaissons que si nous savions mieux exploiter de l’énergie renouvelable, ce serait effectivement préférable. On ferait donc mieux de financer de la recherche dans ce sens plutôt que des mesures inefficaces et démagogiques.

Le numérique

On constate et met en avant la part du numérique sans cesse grandissante dans la consommation énergétique. Mais pourquoi ne parle-t-on jamais de ce que ça permet d’économiser ? Quelle serait notre consommation actuelle sans le numérique ?

Ça fait 30 ans que je travaille à domicile grâce au numérique. Évidemment, ma consommation énergétique et la pollution générée par la fabrication et la livraison de mes appareils sont “énormes”. Mais quelles seraient-elles si, pendant ces 30 ans, j’avais utilisé une voiture pour me rendre au travail… auquel j’utiliserais de toutes manière les mêmes outils numériques ?

2 Likes

par troll si tu veut dire blague tu a un peu tort, le sujet est très serieux

pour le reste je suis plutôt d’accord…

C’est vrai que le sujet est large est que c’est assez difficile de se limiter au seul numérique.
Mais en gros le rapport ne me semble pas tant chercher à proposer des solutions à la pollution due au numérique, mais plutôt à mettre l’accent sur le fait que le numérique n’est pas un facteur marginal parmi les source de pollutions actuelles.

[quote=“tuxmain, post:10, topic:5487”]
Je ne sais pas quel est le rapport de proportions entre les différentes pollutions engendrées par l’informatique, mais en plus de la conso électrique (surtout nucléaire ou charbon selon les pays) :

  • Le pétrole pour fabriquer les matériaux et assurer le transport ;
  • Les minerais pour fabriquer l’électronique (c’est aussi un problème éthique et un problème de recyclage) ;
  • Le sable pour la silice.[/quote]

Effectivement, la création d’un terminal a une empreinte carbone supérieure à son utilisation durant toute sa durée de vie. Donc la première de bonnes habitudes à prendre est de changer le moins souvent possible d’ordi ou de portable.

Maintenant, je voyais plus le truc comme s’interoger sur les habitudes à prendre, à garder ou à modifier. Framasoft développe et participe au développement de nombreux logiciel, dont au moins un dédié au streaming vidéo qui fait l’objet de ce rapport et un réseaux social compatible. Le SP met l’accent sur l’importance du design dans le habitudes de consommation des utilisateurs (scroll infini, autoplay) et sur le manque d’information. Est-ce que ça ne vaudrait pas le coût d’essayer d’y réfléchir ?
Il y a effectivement quelques bon points pour le libre (c’est pas windows qui va tourner sur 2Go de RAM, wikipédia tient sur quelques Go), d’autre inconnus (décentralisé vs. centralisé ?), et il y a le risque d’effet rebond à chaque gain d’efficacité.

Je peux répondre à au moins certaines d’entre elles :

Absolument personne. Maintenant le choix est entre les renouvelables qui nécessitent beaucoup de Km² par watt et le nucléaire qui en nécessite très peu. Si le choix penche pour les renouvelables, alors il faut mettre les expropriation en balance avec les conséquence si on ne fait rien. De mémoire, la banque mondiale prévoit à peu près 200 millions de réfugiés climatique à travers le monde en 2050. Le barrage des trois gorge et ses 1 millier de déplacés, à côté…

Oui, c’est plus facile pour lui que pour les autres. Mais le plus objectivement possible, qui a raison ?

Qu’est ce que tu appelles les « moyens traditionnels existants » ? Le nucléaire qu’on utilise depuis les années 60-70 ? Le pétrole et le charbon qu’on utilise depuis la première révolution industrielle ? Les renouvelables qu’on utilise depuis… toujours ? Ce n’es pas pour rien que les fossiles on marqué un saut technologique.

Est-ce que tu parles de centrale nucléaire ? Parce que c’est justement l’énergie qui nécessiterais le moins de centrale pour couvrir nos besoin parmi tout ce qui existe à l’heure actuelle.

En France elle est positive en terme de CO2 et négative sur tout les autres sujet. Dans un pays qui produit son électricité au charbon, elle est nulle en terme de CO2 et négative sur tout les autres sujet. La voiture est un cas spectaculaire d’effet rebond. Au lieu de permettre de diminuer la consommation, les progrès sur le rendement on permis d’augmenter la puissance, la vitesse mac, la charge utile, d’ajouter l’air conditionné, un ordinateur de bord…
voir la conclusion de cet article : https://www.20minutes.fr/high-tech/2515159-20190511-microjoule-voiture-peut-parcourir-3771-km-litre-essence-perfectionne-encore :

« Les solutions pour moins consommer, on les connaît : il faut une voiture petite, légère, qui ne roule pas vite, souligne Philippe Maindru. Pourtant, malgré les grandes intentions, les constructeurs font aujourd’hui tout le contraire : des SUV bourrés d’électronique pour pouvoir transporter toute la petite famille. »

Parce que pour le moment, le bilan est négatif. C’est aussi un cas d’effet rebond. En fait le gain apporté par le numérique, ne permet pas de produire la même chose pour un bilan carbone moindre, mais beaucoup plus pour un bilan carbone un peu supérieur. Sauf que c’est exponentiel. Typiquement, tu parles de ton télétravail. Nous somme passé d’une voiture par famille il y a quelque décennie à une voiture par personne ou pas loin aujourd’hui. De la même manière nous avions un ordinateur par famille il y a 20 ans, contre à peu près un ordinateur par personne, un portable et éventuellement une tablette aujourd’hui… tout en ayant quand même une voiture. Le télétravail n’as pas du tout tué la voiture, puisque le nombre de voiture par personne a augmenté simultanément. C’est contre-instinctif, mais ça se vérifie sur tout les sujets.

2 Likes

Salut,

Par troll, je veux justement dire que le sujet est bien trop sérieux pour systématiquement vouloir imposer une solution ou une autre. Ça fait au moins depuis le choc pétrolier de 1973 qu’on ne fait que ça : proposer des solutions idiotes ou démagogiques, mais surtout ne pas prendre les moyens d’étudier sérieusement la question énergétique.

Je ne rentrerai pas dans ce jeu : j’ai dit ce que j’avais à dire, si certains croient résoudre les problèmes en continuant d’affirmer, contredire, généraliser et éluder les questions plutôt qu’en réfléchissant et étudiant des solutions adaptées aux besoins (qui sont divers et variés, souvent propres à chacun !), c’est bien dommage parce que c’est la meilleure manière d’empêcher que ces solutions soient trouvées.

Hmmm :thinking: tu a un avis, je le respecte mais je ne le partage pas.

en tant que citoyen, on peut pas faire grand chose de plus en faite, c’est sur les hommes politiques et le gouvernement qu’il faut hurler !

on n’impose pas, on propose en faite, on peut pas faire grand chose d’autre.

Salut,

On peut au moins ne pas entrer dans leur jeu et ne pas répéter voire soutenir leurs discours et pseudo preuves (j’ai quand même du mal à ne pas dire “imposer” quand on me soutient que le bilan de mes 30 ans de travail à domicile est négatif, alors que la question était : “Mais pourquoi ne parle-t-on jamais de ce que ça permet d’économiser ?”).

Et puis, s’il n’y a rien d’autre à faire que de hurler sur les politiques et le gouvernement, il ne faut pas reprocher aux gens leurs attitudes et habitudes, surtout lorsqu’ils adoptent des solutions dont il est facile de comprendre (sauf aux donneurs de leçons bornés) qu’elles ont un fort impact positif.

Cela dit, c’est comme d’habitude : ce sont ceux qui se remettent en cause et qui réfléchissent le plus qui se sentent visés à tort, alors que les autres restent persuadés d’avoir raison… Ça aussi c’est bien dommage !

Bon, j’arrête là parce que ça m’énerve vraiment, d’autant plus que je vois que je vexe des gens qui ne le méritent pas. Désolé, @samtux, ce n’était vraiment pas mon intention.

un débat énerve et vexe souvent des personnes !
je ne suis pas plus vexer que ça !
merci de débattre avec moi sur un sujet (je trouve ça rigolo :joy: et très enrichissant)

Moi je trouve que la solution pour une informatique écologique est la même approche que celle pour de l’informatique saine : KISS. Minimalisme, simplicité mais principes puissants, droit au but.

L’informatique actuelle du “toujours plus” est une mauvais informatique ; on ne peut pas lui faire confiance et ses backdoor se multiplient, l’obsolescence s’emballe alors que les modèles sont déjà bien trop puissant pour ce dont la majorité des gens ont besoin…

Et on aura beau optimiser les processeurs pour consommer moins, le fait qu’ils deviennent plus performant à impulsé la mode des bloatware. Plus qu’une mode, c’est devenu une norme. Et c’est la merde. Je sais que je suis pas le seul à le constater : le web est de plus en plus merdique, ça vomit de Javascript et il faut minimum un dualcore avec >1Go dédié pour surfer - et encore ça sera pas forcément fluide. C’est triste. C’est du gâchis, c’est comme si… Comme si on roulait dans des voitures de plus en plus lourdes en faisant perdre tout intêret à l’optimisation des moteurs (c’est ironique, on fait ça).

Pour moi y a une solution facile pour régler le problème écologique et technlogique de l’informatique. Taxer les energies en prenant tout en compte. Si youtube devait payer tout son effet de serre, il ne demeurerait pas gratuit longtemps (et la NSA/CIA reverrait son budget à la baisse); mais des instances associatives et militantes le pourraient. Je ne vois que des bons points à ce genre de taxe. L’energie, la véritable dépense d’energie, a toujours été dans la main des gros. Il suffit de taxer l’energie dans tous les produits et tous les services, en remontant la chaine. Plus un produit est dérivé et fait de la route, plus il devrait être amplifié par un taxe ; y aurait des effets colateraux incalculables, mais je pense que ça vaut le coup, même si on devait le faire progressivement. Pourquoi pas imaginer une taxe non-linéaire mais exponentielle aussi, pour définir le “truc de luxe de merde là, on en veut pas” et épargner les “pauvres qui essayent de s’en sortir”.

Je verrais bien aussi un quota d’energie par personne. On devrait limiter le pouvoir de l’argent. Que les gens riches profitent de leur richesse, m’en fous, mais qu’ils le fassent en légume bio du maraîcher local ou en oeuvres d’art à la con, pas en truc high tech chinois.

Ça impulserai même peut-être à terme une viabilité économique à faire de l’informatique locale (par exemple par le simple fait que l’infra electrique Chinoise a un rendement pourri par rapport à la France ; ça renderai la taxe sur les energies chinoises bien plus élevé que celles d’une techno produite en France ou en Allemagne - permettant de relocaliser les boulots de pays riches qui partaient à l’étranger en mode colonialisme 2.0).

2 Likes

je vois se que tu veux dire, tu voudrait mettre un équivalent a la taxe carbone mais pour l’énergie consommer pas l’informatique, ça marche pour les petit comme nous mais les grosse entreprise on des revenu bien supérieur a cette taxe donc ça marche pas beaucoup.

euh… on peut pas faire ça nous petit citoyen, ça dépend des gouvernements et si ils font ça, ils perdent du pouvoir et ils veulent gardé leur pourvoir. Ça réglerait beaucoup de problème mais il faut qu’ils le fasse (et ils le feront jamais…)

bonjour

je souhaiterais rapidement revenir sur le nucleaire … car beaucoup d’idées recues ou incompletes.

alors oui, les dechets nucléaires sont radioactifs … encore faut il parler de ce qui est un dechet nucleaire.

tout ce qui rentre en zone nucleaire est consideré comme dechet nucleaire … ca implique que l’ecrasante majorité des dechets nucleaire sont en faire peu, voire pas contaminé / radioactifs.
des tenues, de l’outillage, tout ce qui est produits menagers… 99% des dechets nucleaires ne presentent aucun danger

Le vrai danger, viens du combustible usagé … qui lui est tres radio actifs …
Et les quantités produites sont tres faibles, en comparaisons de l’energie produite.

donc le nucleaire, d’un certain point de vue, ca ne produit pas tant de dechets qu’on pourrais croire. Et stockés dans de bonnes conditions, ca ne pose pas de soucis puisqu’on stocke que les dechets a “vie longue” … a savoir le combustible

De plus, avec les consomations electriques qu’on a aujourd’hui, on a pas d’alternatives viables … tant sur le plan economique qu’ecologique d’ailleurs.

pour ce qui est de la meilleure alternative, a savoir d’hydo-electrique, nous ne disposont plus en france de sites permetant l’installation de nouvelles centrales.

l’oelien, coute tres chez du point de vue ecologique … deja, au point de vue fabrication, ca il faut des metaux rare pour les produires, mais en terme d’occupation des sols … une eolienne, c’est 100m² au sol minimum, et pas plus d’1Mw produit … pour egaler une petite tranche d’une centrale nucleaire, dans de condition ideales pour l’eolienne, il faudrais 900 eolienes … sans parler du fait qu’une eolienne occupe 100m² au sol, mais on peut pas les coller les unes aux autres, et on peut pas faire pousser de vegetation haute entre les eoliennes.

Alors quoi ? le solaire ? vous savez comment on produit un panneau solaire ? on fais fondre du silicium … entres autres. On depense plus d’energie a fabriquer un panneau solaire que ce qu’il produira durant toute son existance.

Et puis avant de me parler de voitures electriques, regadez ce qu’il y a dans les batteries, et ce qu’on en fais apres usage. Sans parler de la fabrication des dites batteries, et voiture .
Une voiture electrique est quasi aussi polluante qu’une thermique … en conciderant l’objet de sa fabrication a sa destruction.

La seule alternative d’avenir, c’est la fusion. mais pas encore au point.

3 Likes

mouai mais c’est dangereux en faite !
c’est quoi la fusion ? le soleil!
refaire un soleil sur terre est un plan en effet avantageux énergétiquement parlant mais dois-je vous expliquer le résultat si ça fait :boom: . bah la planète prendrais cher !
donc c’est pas au point et le temps que ce soit au point, bah on aura déjà trouver mieux parce que si on accélère les recherche, ça devient très dangereux